jeudi 25 février 2021
A VOIR

|

Flambée des prix exceptionnelle pour le thon blanc polynésien

Publié le

Publié le 03/10/2016 à 13:59 - Mise à jour le 03/10/2016 à 13:59
Lecture 2 minutes

A la criée ce matin, le compteur n’a cessé de grimper. On apprend que le prix au kilo du thon blanc n’est plus de 450 francs mais à 1 500 francs soit 3 000 francs sur vos étals au supermarché.

Le gérant d’une société de mareyage explique :« Alors que d’habitude nos thoniers pêchent entre 40 à 50 poissons par soir, depuis quelques semaines les rendements ont chuté à moins d’une dizaine de poissons voir un à deux poissons par soir pour certains thoniers. Ce qui fait que les quantités de poissons débarqués sur le port de pêche sont aussi faibles. Malgré les différentes crises qu’il y a pu avoir dans la filière, on a jamais atteint des prix de ce niveau là sur le thon blanc. »

Raison invoquée par les mareyeurs, le phénomène climatique El Nino qui maintient les eaux du Pacifique équatorial chaudes et les poissons hors de portée de la zone de pêche polynésienne. Résultat, la rareté du poisson se fait de plus en plus sentir et alarme les professionnels du secteur. Les campagnes de pêches sont moins fructueuses depuis le début de l’année et le thon blanc devient un luxe.

Autre constat depuis trois semaines, d’autres espèces de poissons se vendent aussi à prix d’or. Le mahi mahi, le saumon des dieux, le thazard et le thon rouge se vendent entre 750 et 1 400 francs le kilo. Une hausse des prix qui permet tout juste, selon les professionnels du secteur, de maintenir les bateaux à flot. 

La filière compte deux grandes sociétés de mareyages qui tournent à plein régime alors que les petites entreprises de pêche à Fare Ute voient leur activité au ralentie. Certaines commencent même à se diversifier pour garder la tête hors de l’eau. Si cette situation de crise touche l’ensemble de la Polynésie, c’est aujourd’hui tout le Pacifique Sud et le centre qui sont concernés selon les mareyeurs. 

 

Rédaction web avec Tauhiti Tauniua Mu San

 

 

Christophe MISSELIS – Gérant d’une société de mareyage

infos coronavirus