A VOIR

|

Fin de la grève des enseignants, un protocode d’accord a été signé

Publié le

Près de 400 enseignants du premier degré ont répondu ce jeudi matin à l’appel à la grève du syndicat STIP / AEP - UNSA Education. La majorité des grévistes a marché sur Tarahoi pour montrer leur mécontentement face à la réforme de leurs heures de travail hors présentiel. Un grève qui aura duré seulement quelques heures, un protocole d'accord ayant été signée avec la ministre de l'Éducation Christelle Lehartel.

Publié le 24/11/2022 à 17:31 - Mise à jour le 24/11/2022 à 17:32
Lecture < 1 min.

Près de 400 enseignants du premier degré ont répondu ce jeudi matin à l’appel à la grève du syndicat STIP / AEP - UNSA Education. La majorité des grévistes a marché sur Tarahoi pour montrer leur mécontentement face à la réforme de leurs heures de travail hors présentiel. Un grève qui aura duré seulement quelques heures, un protocole d'accord ayant été signée avec la ministre de l'Éducation Christelle Lehartel.

Ils avaient un sentiment d’incompréhension et ne se sentent pas écoutés : les membres du syndicat STIP/AEP-UNSA avaient appelé aujourd’hui à la grève les personnels enseignants, d’éducation, et les psychologues de l’Éducation nationale des établissements scolaires du 1er degré.

Une grève suivie par près de 400 enseignants. La majorité des grévistes a marché sur Tarahoi pour montrer leur mécontentement face à la réforme de leurs heures de travail hors présentiel.

Pour un rappel, dans un courrier du 7 novembre adressé à Christelle Lehartel, ministre de l’Éducation, et resté sans réponse, le syndicat pointait du doigt la répartition des heures dévolues aux activités éducatives et culturelles, ainsi qu’à la formation. Ils dénonçaient également les conclusions des “Assises de l’école de demain,” présentées fin octobre.

En fin de matinée, le syndicat a annoncé la fin de la grève, un protocole d’accord ayant été signé : “Nous avons discuté avec la ministre, et elle nous a écouté. Mais on va quand même rester vigilant. Car son silence nous a interrogé, et même un peu vexé. (…) Dans le cadre de leurs obligations de service, les enseignants du premier degré seront tenus d’assurer sur l’ensemble de l’année scolaire un service d’enseignement de 24 heures hebdomadaires en classe, et des activités et missions qui représentent 108 heures annuelles soit 3 heures hebdomadaires en moyenne annuelle. (…) C’est le conseil des maitres, donc c’est vous, qui avez la main des heures. C’est nous qui décidons si on veut tant d’heures de réunions, tant d’heures pour ça etc.” a déclaré Diana Yieng Kow, secrétaire générale du STIP/AREP-UNSA. Elle a ajouté : “Par ailleurs, la ministre de l’Éducation a été sensibilisée par les représentants du STIP/AEP-UNSA au nombre d’élèves par classe dans quelques secteurs de la Polynésie française. (…) C’est pire que jamais aujourd’hui”.