Filariose : distribution de traitement à Huahine et aux Gambier du 20 février au 25 mars

Publié le

La campagne de distribution de traitement ne concernera cette année que l'île de Huahine et l'archipel des Gambier.

Publié le 07/02/2023 à 10:31 - Mise à jour le 07/02/2023 à 11:02

La campagne de distribution de traitement ne concernera cette année que l'île de Huahine et l'archipel des Gambier.

Pas de distribution massive de traitement contre la filariose à Tahiti et Moorea cette année. Après plusieurs enquêtes de santé, la stratégie de lutte contre l’éléphantisasis a été adaptée.

  • Pour Tahiti, Moorea-Maiao, l’archipel des Australes, les Marquises nord et l’archipel des Tuamotu, les interventions auprès de la population sont interrompues après trois enquêtes consécutives sur ces localisations dont les résultats ont été satisfaisants (selon les normes de l’OMS). Il n’y a donc pas lieu de reprendre une campagne de traitement de masse.
  • Pour les Iles Sous le Vent (hors Huahine) et les Marquises sud, la dernière enquête réalisée en 2022 a également montré des résultats satisfaisants. Cependant, afin de confirmer ces premiers résultats, une surveillance systématique de la population est maintenue sans reprendre de campagne de traitement de masse.
  • En revanche, Huahine et l’archipel des Gambier, sont des zones de circulation de la filariose et de ce fait, une campagne de distribution de traitement à l’ensemble des populations de ces 2 zones, va être organisée entre le 20 février et le 25 mars 2023.

Par ailleurs, les personnes qui séjourneraient plus de 3 mois dans une zone de circulation de la filariose (Huahine et les Gambier) et/ou qui ont été en contact avéré avec une personne porteuse de filaires sont invitées à se rapprocher de leur médecin traitant ou de la structure de santé proche de chez elles, recommande la direction de la Santé dans un communiqué. 

La filariose lymphatique, communément appelée éléphantiasis, est une maladie tropicale qui se produit lorsque les parasites filaires responsables de la maladie sont transmis à l’homme par des moustiques.

Cette infection altère le système lymphatique et peut entraîner une augmentation anormale du volume de certaines parties du corps, donnant lieu à des douleurs, un handicap sévère et une stigmatisation sociale.

La filariose étant une maladie à déclaration obligatoire (MDO), le personnel médical et soignant se doit de rester vigilant et de signaler au bureau de veille sanitaire et de l’observation (BVSO) tout nouveau cas.

Dernières news

Activer le son Couper le son