lundi 30 novembre 2020
A VOIR

|

Fermeture des boîtes de nuit : « un coup de grâce » selon leur syndicat

Publié le

Nouveau coup dur pour les propriétaires des discothèques de Papeete. Avec la recrudescence du nombre de cas de Covid-19, les autorités du Pays et de l’État ont annoncé la fermeture des boîtes de nuit du 12 au 25 août inclus. Ces espaces clos sont considérés comme propices au non-respect de la distanciation sociale et donc à une forte propagation du virus. Une décision injuste selon le syndicat des bars et dancings.

Publié le 12/08/2020 à 14:37 - Mise à jour le 12/08/2020 à 14:46
Lecture < 1 min.

Nouveau coup dur pour les propriétaires des discothèques de Papeete. Avec la recrudescence du nombre de cas de Covid-19, les autorités du Pays et de l’État ont annoncé la fermeture des boîtes de nuit du 12 au 25 août inclus. Ces espaces clos sont considérés comme propices au non-respect de la distanciation sociale et donc à une forte propagation du virus. Une décision injuste selon le syndicat des bars et dancings.

« C’est pas normal que l’on soit pénalisé parce qu’un restaurant s’est amusé à faire l’apprenti night-club, sans comprendre où il allait nous emmener. Et là, il nous emmène au mur. On sort d’une crise de Covid avec un coût économique où on ne sait même pas comment on va faire, on est en mode survie, et là, c’est le coup de grâce » déclare Stéphane Gay, président du syndicat des bars et des dancings de Polynésie française. « On a pas mal d’employés qui vont être sur la touche, sans salaire encore une fois. Cela touche tout le monde, pas que les entreprises, cela touche aussi les familles qui n’auront pas de salaire ou un salaire très diminué. Tout ça à cause d’une personne qui a fait une faute. À l’école, quand un élève est puni, il est tout seul, on met pas tous les élèves au coin » poursuit-il.

Une réunion entre les membres du syndicat des bars et des dancings est prévue demain : « on va se mettre d’accord sur la ligne de route à tenir, et être reçu par le président et le Haut-commissaire pour qu’on puisse discuter et qu’ils revoient leur position, de façon à ce qu’on puisse continuer à travailler en toute intelligence ».

infos coronavirus