samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Ferme aquacole de Hao : la population pas encore rassurée

Publié le

Publié le 08/11/2015 à 15:02 - Mise à jour le 08/11/2015 à 15:02
Lecture < 1 min.

Plusieurs dizaines de tonnes de poissons élevés dans le lagon, ou ceux des atolls environnants, ça a forcément un impact. Dimanche, Wang Chen a assuré au conseil municipal que « 10% de l’eau de l’ensemble des bassins serait renouvelés chaque jour », et que l’eau filtrée serait claire.
Mais une partie de la population n’y croit pas. Certains, comme François Tuteamaru, ne sont pas certains qu’ils pourront « naviguer comme ils ont l’habitude de le faire » sur leur lagon. Le président de l’association de protection de l’environnement Fakahotu No Haoroagai, François Thomas, craint que les cages freinent le courant naturel : « il y aura forcément un impact sur l’écosystème » assure-t-il.

Les déjections de poissons sont une des principales inquiétudes. Le ministre de l’Environnement, lui, l’impact humain : 600 à 800 ouvriers devraient venir à Hao pendant les travaux, et il faudra bien évacuer leurs déchets, à eux aussi. Heremoana Maamaatuaiahutapu a cependant affirmé qu’il n’y aurait « pas de régime de faveur » pour l’entreprise chinoise en matière d’environnement. La plupart des études devraient être bouclées avec la fin de l’année, et le début du chantier est attendu au premier semestre 2016.
Malgré ces réserves, beaucoup d’habitants soutiennent le projet pour permettre à la jeunesse de l’atoll de trouver du travail.

Mike Leyral

Francois Thomas, président de l’association Fakahotu no Haoroagai

Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de l’Environnement

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.