lundi 25 mai 2020
A VOIR

|

Face aux hypermarchés, les toutes petites surfaces résistent

Publié le

Publié le 07/01/2018 à 15:59 - Mise à jour le 07/01/2018 à 15:59
Lecture < 1 min.

Pour l’Autorité polynésienne de la concurrence (APC), une « dichotomie » apparaît dans le secteur de la distribution. Dans son dernier observatoire des concentrations, l’APC dresse un tableau de la situation économique en Polynésie au travers de plusieurs secteurs, dont celui de la distribution à dominante alimentaire.

La chiffre d’affaires global du secteur s’élève à plus de 92 milliards. La grande partie, 63,7%, de celui-ci est réalisée par les hypermarchés et les supermarchés. Les petites supérettes représentent 36,3 % du chiffre d’affaires. Le groupe leader (le groupe Wane, ndlr) conserve sa part dans le chiffre d’affaire global de plus de 42 %.

Si le secteur de la grande distribution se porte donc bien, les supermarchés pâtissent au profit des grandes plus grande surfaces. Dans son observatoire, l’APC met en exergue cette différence entre hypermarchés et supermarchés.

« Les hypermarchés ont progressivement absorbé une part de l’activité des supermarchés. »

Les supérettes, de leur côté, tirent leur épingle du jeu. L’APC souligne :

« Les magasins inférieurs à 400 m² résistent en misant sur leur proximité et également sur le fait qu’ils commercialisent principalement des produits à prix réglementés. »

Le rapport ajoute que l’écart se creuse entre ces deux catégories de magasin.

« L’offre commerciale s’essouffle. »

Le rapport notre enfin que la concentration est croissante dans ce secteur et que cela a « profondément changé l’offre commerciale depuis une quinzaine d’années. »

Rédaction web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Air France reprend progressivement ses vols d’ici fin juin

La compagnie aérienne française Air France compte "reprendre progressivement ses vols" d'ici à la fin du mois de juin "et sous réserve de la levée des restrictions de voyage", selon un communiqué publié lundi.

Navire en détresse aux Marquises : le droit à l’assistance médicale...

Le bateau de pêche battant pavillon équatorien avec à son bord 3 cas suspects de Covid-19 est attendu mercredi matin, dans la baie de Haahopu à Nuku Hiva. La prise en charge de ses marins relève de l’aide médicale en mer, inscrite dans la convention internationale d’Hambourg. Le JRCC (Joint Rescue Coordination Centre) coordonne cette opération de sauvetage jusqu’à ce que l’équipage foule la terre ferme.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV