mercredi 22 septembre 2021
A VOIR

|

Faa’a change sa politique de ramassage des ordures

Publié le

Depuis le début de l’année, Faa’a dote gratuitement ses usagers d’un bac bleu destiné aux ordures ménagères. Et elle compte passer de deux à une seule collecte par semaine afin d'inciter les familles à réduire leur production de déchets.

Publié le 21/05/2021 à 17:51 - Mise à jour le 21/05/2021 à 17:51
Lecture < 1 min.

Depuis le début de l’année, Faa’a dote gratuitement ses usagers d’un bac bleu destiné aux ordures ménagères. Et elle compte passer de deux à une seule collecte par semaine afin d'inciter les familles à réduire leur production de déchets.

Faa’a veut réduire son impact sur l’environnement. Toujours pas de tri, mais la commune a distribué un bac unique pour les ordures ménagères. Le but est de réduire la production de déchets. Moins les familles en produiront, moins elles paieront de redevance. Car pour le moment, les foyers produisent trop de déchets.

“La consommation d’une famille normale, 2 parents et 3 enfants, remplit cette poubelle à 85%, avec une seule collecte par semaine, assure Roland Bopp, le directeur de l’environnement à la commune de Faa’a. Aujourd’hui on est à deux collectes par semaine sur la ville de Faa’a.”

La commune veut passer à une seule collecte par semaine pour contraindre les familles à produire moins de déchets. Sauf si elles veulent investir dans un bac deux fois plus grand. Mais dans ce cas, la redevance passera à 40 000 Fcfp au lieu de 20 000 Fcfp à l’année. Difficile à accepter pour les familles nombreuses.

“On est 6 et on n’arrive pas à réduire, confie Béatrice, une habitante de Faa’a. On essaie de réduire, mais avec le nombre de personnes qui vivent dans la maison, une poubelle bleue, ça ne suffit pas.”

Faa’a a réduit ses déchets de 11 000 tonnes entre 2018 et 2020. La commune avait supprimé un des trois ramassages hebdomadaires. Ceux qui n’ont pas encore leur bac bleu peuvent aller le chercher au SPIC. Les autres bacs ne seront plus collectés.

Rédigé par

infos coronavirus