jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Evans Haumani en appelle à l’Etat pour la reconstruction de l’école de Papetoai

Publié le

Publié le 22/08/2016 à 11:21 - Mise à jour le 22/08/2016 à 11:21
Lecture 2 minutes

Evans Haumani, maire de Moorea a pour l’occasion fait une présentation de l’île sœur à René Bidal, vantant les mérites de l’île, son implication dans l’organisation d’évènements sportifs tel que le marathon de Moorea, et aussi son cadre enchanteur.
 
 « Monsieur le Haut-Commissaire, vous êtes ici, dans une commune différente des autres à bien des égards. Vous avez certainement remarqué l’absence de poteaux et de fils électriques le long de la route de ceinture. Cette vision date de plus de 30 ans. Elle est celle de plusieurs élus mais surtout du maire de l’époque, John Teariki. Grâce à lui, aujourd’hui, nous admirons le paysage sans aucune gêne puisque le réseau électrique de l’île de Moorea est souterrain ».
 
Après avoir fait le point sur les différents aménagements, assainissements, collecte de déchets etc… Le premier magistrat de l’île à fait part de ses doléances concernant l’état de vétusté de l’école de Papetoai. « Vous savez monsieur le Haut-commissaire, la construction de l’école de Papetoai date d’au moins cinquante ans. Même les tentatives d’embellissement des bâtiments par de belles couches de peinture, n’arrivent plus à cacher la vétusté et la dangerosité des bâtiments pour nos enfants et les enseignants. En tant que Tavana, je suis le garant de leur sécurité. Or, si rien n’est fait pour détruire et reconstruire cette école, je ne serais pas certain, malgré toute ma bonne volonté, de garantir pleinement leur sécurité ».
 
Poursuivant « Au nom du conseil municipal et en mon nom, je vous demande humblement, monsieur le Haut-commissaire de peser de tout votre poids au sein du comité des finances locales. Bien sûr, les écoles de Papetoai ne sont pas les seules à reconstruire. Nous avons également, le second projet d’école bio-climatique de Maharepa dont le montant avoisine également le demi milliard de francs, mais aussi les écoles de Maatea, Afareaitu et Haapiti. Ce serait près de 2 milliards à 2,5 milliards de francs qu’il nous faudrait ».
 
En conclusion, Evans Haumani déclare « nous n’attendons pas tout de l’Etat, car nous savons aussi ses difficultés. Surtout, nous faisons un point d’honneur à nous assumer en propre, à témoigner d’efforts personnels. C’est cependant réconfortant de se sentir soutenu, conseillé dans l’exercice de nos mandats, et je vous sais gré de me témoigner, de nous témoigner, par cette visite et cette écoute, de cette attention bienveillante (…) ».
 

Rédaction Web avec communiqué

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

À Raiatea, la lutte contre le Covid-19 continue

Olivier Touboul, docteur en pharmacie, sillonne actuellement les Raromatai pour des campagnes de prévention et de sensibilisation. L’objectif est d’aider la population à mieux se protéger contre le coronavirus.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV