samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

Erasmus+ : comment ont été pris en charge les étudiants polynésiens bloqués à l’étranger

Publié le

Confinés loin de leur fenua, les étudiants de l'Université de la Polynésie, en échange dans d'autres universités, n'ont pas été livrés à eux-mêmes. Aides financières, numéro d'urgence, ils ont bénéficié d'un soutien pour traverser la crise. Le retour est pour bientôt.

Publié le 04/06/2020 à 15:40 - Mise à jour le 04/06/2020 à 17:10
Lecture 3 minutes

Confinés loin de leur fenua, les étudiants de l'Université de la Polynésie, en échange dans d'autres universités, n'ont pas été livrés à eux-mêmes. Aides financières, numéro d'urgence, ils ont bénéficié d'un soutien pour traverser la crise. Le retour est pour bientôt.

Parmi les étudiants bloqués à l’étranger avec la crise, ceux de l’Université de la Polynésie en programme Erasmus+ ou en mobilité internationale dans une université partenaire. Au début de la crise, 24 étudiants polynésiens se trouvaient à l’étranger, dans 6 pays différents : l’Espagne, l’Irlande du Nord, le Japon, la Nouvelle-Zelande, les Etats-Unis et le Canada.

Certaines périodes de mobilité se sont terminées en mai. Les universités partenaires ont donc dû prolonger l’hébergement des Polynésiens.
« En quelques jours, toutes nos universités partenaires se sont vues dans l’obligation de prendre des mesures de confinement strict auprès de tous leurs étudiants et personnels. Nos étudiants ont cependant pu suivre les enseignements en ligne de leur Université d’accueil et passer leurs examens au même titre que les étudiants locaux », explique Virginia Godefroy responsable des relations internationales à l’UPF.
Les universités ont également fourni un accompagnement pédagogique et psychologique aux étudiants.

Ulster University en Irlande du Nord Crédit UPF

Bloqués et confinés loin du fenua, les Polynésiens se sont montrés « exemplaires », rapporte Virginia. L’UPF a reçu des messages d’universités partenaires, admiratives de la bonne humeur des étudiants polynésiens : « The Tahitian students have been really great through all of this, they have been keeping everyone’s sprits up and we are really glad they are still on campus to keep people smiling ! (« Les étudiants tahitiens ont été vraiment formidables durant cette période, ils ont gardé le moral de tout le monde et nous sommes vraiment heureux qu’ils soient toujours sur le campus pour garder les gens souriants !) » écrit la Ulster University en Irlande du Nord.

Garder le contact avec le fenua

Depuis le fenua, l’UPF s’est organisée pour accompagner les Polynésiens à distance et répondre à leurs questions. Durant le confinement, c’est via les réseaux sociaux que Virginia a pu garder le contact et rassurer régulièrement chacun des étudiants. Un numéro d’urgence a également été mis en place et transmis aux parents.

L’UPF a aussi organisé une commission d’aide sociale pour aider financièrement les jeunes bloqués à l’étranger. Des aides spécifiques d’urgence ont pu être octroyées pour prendre en charge les dépenses supplémentaires imprévues liées à la pandémie.

Un retour en Polynésie en juin… ou juillet

Aujourd’hui, la plupart des étudiants en échange ont terminé leur semestre d’études et ont été contraints de prolonger leur séjour dans le pays d’accueil au-delà de la date initialement prévue.

Leur retour à Tahiti est prévu courant juin et juillet 2020, explique l’Université. Certains étudiants devront se rendre d’abord en métropole pour pouvoir ensuite bénéficier des derniers vols de continuité territoriale. D’autres attendront certainement la réouverture des lignes internationales.

Erasmus Espagne Crédit UPF

Programme Erasmus+ et mobilité internationale : toujours autant de demandes

Erasmus permet aux étudiants d’effectuer une partie de leurs études dans une université partenaire à l’étranger. Une mobilité qui peut s’effectuer sur un semestre d’août à décembre ou de janvier à mai, ou même sur une année.

Et la crise n’a pas découragé les étudiants à s’inscrire pour les prochaines périodes. Nous avons « tout autant de demandes » nous dit Virginia. Les mobilités internationales entrantes et sortantes devraient pouvoir reprendre à compter de janvier 2021 « sous réserve d’une réouverture des frontières et de conditions d’accueil favorables » précise l’UPF.

Les étudiants étrangers sont eux aussi enthousiastes et intéressés par le fenua. Les Australiens et Néo-zélandais, mais aussi les Américains « se tournent de plus en plus » vers l’Université de la Polynésie pour y passer une partie de leur cursus.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV