lundi 18 janvier 2021
A VOIR

|

Equicoaching : le cheval pour réveiller sa personnalité

Publié le

L’activité est nouvelle au fenua. À Mataiea ou à l’hippodrome de Pirae, une cavalière s’est reconvertie en équicoach. Et nul besoin de monter à cheval, la méthode se base sur la relation avec l’animal.

Publié le 02/02/2020 à 12:02 - Mise à jour le 04/02/2020 à 9:22
Lecture 2 minutes

L’activité est nouvelle au fenua. À Mataiea ou à l’hippodrome de Pirae, une cavalière s’est reconvertie en équicoach. Et nul besoin de monter à cheval, la méthode se base sur la relation avec l’animal.

Par leur taille et leur allure, ils imposent le respect quand on les approche. Avec les chevaux, Jessica Deschamps a appris à se connaître. Aujourd’hui, elle veut mettre à profit les capacités des quadrupèdes dans le développement personnel. « Le cheval est capable de nous lire, quelque part. Il agit comme le révélateur de notre manière d’être et dans notre manière aussi d’interagir avec les autres » explique l’équicoach.

Avec Murphy, un Pur-sang de 20 ans, Maïte Mai, une participante, prend le temps de se détendre. Un murmure avec l’animal et le lien est établi. C’est sa première séance de développement personnel par le cheval : « Plus que discuter, je pense que j’ai aussi communiqué avec lui par le regard, la posture… le corps tout entier. Jessica m’a appris à faire cette introspection, à ressentir toutes ces sensations que l’on a dans le corps, et auxquelles on ne prête finalement pas beaucoup d’attention tous les jours. (…) Je n’ai eu aucune appréhension au final dans l’exercice parce qu’on y va tout en douceur. C’est chouette parce qu’il y a ce respect mutuel entre la bête et soi ».

Maïte avec le cheval Murphy. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Selon les besoins, différents exercices peuvent être proposés lors d’une séance d’équicoaching. Objectifs pour les participants : gagner en assurance, reprendre confiance, ou maîtriser une hyperactivité, avec le cheval comme allié. « Cela peut aussi être du développement personnel pour des personnes qui viennent travailler la confiance en soi, la gestion des émotions, la gestion du stress… Ou encore pour traverser des transitions de vie, des reconversions, des étapes douloureuses parfois. Les cheveux peuvent vraiment être des compagnons pour traverser un deuil » ajoute Jessica.

Seule aux cotés du cheval, Maïte a vite effacé l’appréhension qu’elle avait en début de séance. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Cette méthode s’adresse à tous les publics et peut se faire de manière individuelle ou en groupe. Les participants à ces séances disent ressentir du bien-être et être plus sereins après leur rencontre avec les chevaux.

infos coronavirus