lundi 26 octobre 2020
A VOIR

|

Entre phosphate et écotourisme, le cœur de Makatea balance

Publié le

Publié le 28/06/2019 à 7:49 - Mise à jour le 28/06/2019 à 7:49
Lecture 2 minutes

Avec le succès du grand rendez-vous créé autour de l’escalade cette semaine, la plupart des habitants sont conquis par cette voie de développement : un écotourisme tourné vers la montagne, et pourquoi pas la mer, avec un club de plongée en gestation.

> Lire aussi : Makatea : une expérience sportive, environnementale et sociale  

La reprise de l’industrie du phosphate n’est pas pour autant oubliée. Mais sur cette question, les tensions restent vives. Principal défenseur du projet, le maire, Julien Mai, est devenu plus mesuré. Il exige des garanties, et notamment le financement de la réhabilitation de l’île : elle est parsemée des vestiges de l’ancienne exploitation, et son sol est une succession de pitons et de trous qui rendent tout développement difficile. Pour lui, la nouvelle exploitation des gisements de phosphate doit financer une réhabilitation coûteuse, mais pas seulement : « C’est un puits à emplois, parce que la responsabilité d’un maire, c’est de créer des emplois pour sa jeunesse, sinon ils vont tous partir en live, et c’est une gendarmerie qu’il faudra demander ».

Ses opposants n’y croient pas. Sylvanna Nordman Haoa compte se présenter contre lui aux prochaines municipales. Avec des projets de développement durable, comme l’apiculture, la pêche ou la permaculture, qu’elle pratique déjà. Et elle ne fait pas confiance à l’industriel Colin Randall : « Le code minier limite le concessionnaire sur la surface, mais pas sur la profondeur : son projet présente une profondeur de sept mètres, mais l’article le dit bien, il n’est pas limité sur la profondeur ».

La militante écologique Dany Pittman est autre grande opposante à la reprise de l’exploitation. Elle pense avoir convaincu une majorité d’habitants. « On est à 70% contre et on va arriver à 80% : ce projet ne se fera jamais, c’est impossible ! » s’exclame-t-elle après avoir disséminé sur l’île des affiches contre l’extraction.

> Lire aussi : Plongée au cœur de l’histoire de Makatea  

Ces chiffres sont sans doute optimistes pour les opposants. Et ce retournement de l’opinion ne rassure qu’à moitié Sylvanna Nordman Haoa : « Ce qui pose problème dans ce comité des mines, c’est que seuls les ministres ont voix délibérative : donc aujourd’hui, ce sont les ministres qui vont décider, à la place de la population ».

Julien Mai, au contraire, se félicite de la dynamique de son île aux multiples projets. Son fils, Heitapu, est d’ailleurs le principal artisan du développement de l’escalade. Pour le maire, ces voies de développement sont complémentaires. « Chacun amène sa pierre à la construction (…) il est temps, Makatea demande à ses enfants de revenir, de déclamer leur Histoire afin qu’elle ne disparaisse pas » conclut-il.
 

Mike Leyral (avec Thomas Chabrol)

infos coronavirus

La pollution atmosphérique pourrait augmenter la mortalité par Covid-19 de 15%

Une exposition à long terme à la pollution de l'air ambiant pourrait entraîner un risque accru de mourir du Covid-19, d'environ 15% en moyenne dans le monde, selon une étude internationale publiée mardi.

Covid-19 : Les communes des îles du Vent, relais de lutte face à l’épidémie

Ce matin, à la présidence, les représentants communaux étaient conviés à participer à un séminaire d’information. Les échanges ont porté sur le contexte sanitaire actuel et les outils disponibles pour les élus.