fbpx
mardi 25 février 2020
A VOIR

|

Entrainés à détecter l’ice

Publié le

Gendarmerie, police et douane sont pourvues de brigades de maitres-chiens pour lutter contre la propagation de stupéfiants. Si jusqu'ici cette brigade était surtout formée à la détection de pakalolo, elle est désormais capable de détecter la moindre trace d'ice. Une équipe de la police néo-zélandaise est venue tout spécialement pour les former.

Publié le 31/08/2019 à 10:45 - Mise à jour le 03/09/2019 à 9:50
Lecture < 1 min.

Gendarmerie, police et douane sont pourvues de brigades de maitres-chiens pour lutter contre la propagation de stupéfiants. Si jusqu'ici cette brigade était surtout formée à la détection de pakalolo, elle est désormais capable de détecter la moindre trace d'ice. Une équipe de la police néo-zélandaise est venue tout spécialement pour les former.

Désormais ces chiens pourront détecter n’importe quelle quantité d’ice dissimulée dans des bagages, des colis ou sur des voyageurs, même la plus infime. Durant 15 jours, des policiers néo-zélandais expert en la matière sont venus former ces brigadiers et leurs chiens. Confrontés depuis plus longtemps que la Polynésie au trafic d’ice, ils ont acquis une technicité qu’ils ont transmis à ces maitres-chiens.

Le chien a un odorat quatre cent fois supérieur à celui de l’homme, ce qui représente un atout important pour les pouvoirs publics. L’ice émet une odeur imperceptible par l’homme, cependant un chien bien entraîné arrivera à la détecter.

Les saisies se multiplient, toutefois le trafic n’est pas endigué, tous les moyens d’introduction de cette drogue doivent être surveillés. Grâce à cette nouvelle formation, ces chiens seront capables de la détecter même si elle entre sur le territoire, par la voie postale.

L’ice est vendue entre 150 000 F et 200 000 F le gramme. Ce marché illicite attire les convoitises. L’an dernier 122 personnes ont été jugées pour trafic de méthamphétamine.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X