samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

En avarie moteur, le Dory livré à lui-même

Publié le

Le Dory a frôlé le drame de peu : lundi soir, alors qu’il quittait le port de Papeete, le navire de fret a subi une panne de moteur à quelques kilomètres de la passe. Sa demande d’assistance immédiate d’un remorqueur auprès du Port autonome n’a pas abouti, alors que le bateau dérivait droit sur le récif. Le Port autonome se justifie par un défaut d’assurance pour intervenir en haute mer.

Publié le 24/09/2019 à 15:59 - Mise à jour le 25/09/2019 à 15:14
Lecture 2 minutes

Le Dory a frôlé le drame de peu : lundi soir, alors qu’il quittait le port de Papeete, le navire de fret a subi une panne de moteur à quelques kilomètres de la passe. Sa demande d’assistance immédiate d’un remorqueur auprès du Port autonome n’a pas abouti, alors que le bateau dérivait droit sur le récif. Le Port autonome se justifie par un défaut d’assurance pour intervenir en haute mer.

Les membres d’équipage du Dory ont eu quelques sueurs froides. Hier en fin de journée, alors que le navire de fret quittait Tahiti pour sa tournée hebdomadaire aux Tuamotu, une panne de moteur met le bateau à l’arrêt, à quelques kilomètres seulement de la passe de Papeete.

« Le commandant du port, monsieur Alphonse Kautai, m’a informé d’une réponse négative parce qu’il doit contacter la métropole pour demander à son assureur s’il peut ou pas apporter assistance. Et le temps que la partie administrative se fasse, il m’a dit que d’ici 3 jours on pourrait avoir une validation du Port autonome pour avoir l’assistance du remorqueur » explique Harold Teivao, chargé de la sécurité des navires du groupe Degage.

Face à cette réponse du Port autonome, l’armateur tente de trouver d’autres moyens de porter assistance à son équipage. Mais pendant ce temps, le Dory dérivait lentement vers la bouée tribord du chenal de Papeete. Le capitaine estimait son échouement sur le récif à 45 minutes, quand le mécanicien de bord a réussi à réparer la panne. Le bateau a finalement repris la mer sans encombre.

(Infographie TNTV)

« Si le navire s’était échoué, déjà on aurait eu une perte du navire, et on aurait créé une pollution, et surtout, c’est quand même le gagne-pain des 8 membres d’équipage de pouvoir rallier Papeete et également les atolls des Tuamotu ajoute Harold Teivao.

En 40 ans de métier, le gérant de la société qui exploite le Dory n’avait jamais vu ça. « C’est quand même incroyable qu’il n’y ait pas de remorqueur qui puisse sortir et sauver le bateau. C’est une mise en danger de la vie d’autrui et des biens. Je ne comprends pas. (…) Il ne faut plus que cela se reproduise » déclare Eugène Degage, gérant de la SNC Agnieray & Cie.

De son côté, la direction du Port Autonome explique que ses remorqueurs ne sont pas assurés pour naviguer au-delà de la passe de Papeete et qu’ils n’ont pas vocation à effectuer ce genre de mission. Elle indique qu’il existe des procédures à respecter afin de ne pas subir de conséquences financières désastreuses et renvoie l’armateur, qui possède d’autres bateaux, à ses responsabilités.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Quel masque, pour qui ?

Les vols internationaux vont bientôt reprendre et il est essentiel de poursuivre les gestes barrières pour éviter une propagation du covid-19.

Une administration en sureffectif et sous-qualifiée, selon la CTC

Une administration en sureffectif et sous qualifiée. C’est le constat que dresse la Chambre Territoriale des Comptes dans son dernier rapport paru hier après une longue période de réserve en raison des échéances électorales. La CTC s’est penchée sur la gestion des ressources humaines de l’administration du Pays de 2010 à aujourd’hui. Et si quelques progrès ont été faits, ils sont insuffisants pour la juridiction qui plaide pour que des "réformes structurelles" soient entreprises "au plus vite".

Saga 2020, c’est parti !

La 28ème édition de la Saga a débuté aujourd’hui. Grâce au soutien des fidèles partenaires, du ministère des Sports, du contrat de ville et de la mairie de Teva i Uta, et malgré la crise du Covid-19, la Saga se tient bien cette année mais sous la forme de deux CLSH (centres de loisirs sans hébergement).

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV