dimanche 18 août 2019
A VOIR

|

En 2015, 37% des jeunes passés par la JCD étaient illettrés

Publié le

Publié le 09/10/2016 à 14:07 - Mise à jour le 09/10/2016 à 14:07
Lecture 2 minutes

Le Centre du service national de la Polynésie française convoque annuellement environ  4 500 jeunes filles et garçons. Grâce aux informations recueillies auprès des participants, cette journée recense le niveau d’étude de chacun et aussi les décrochages scolaires. De plus les tests de lecture permettent d’évaluer le taux d’illettrisme parmi ces jeunes.

Véritable et unique baromètre du niveau scolaire, les JDC en 2015, ont permis de quantifier le taux d’illettrisme* sur  4183 jeunes âgés de 17 à 25 ans. Et le constat est sans appel. 37% sont illettrés et 18% ont décroché du système éducatif sans obtenir de diplôme.

Ces chiffres ont été dévoilés à une quinzaine de chefs d’établissements scolaire du secondaire de Tahiti, Moorea et Raiatea, qui participait ce lundi à une présentation de la Journée de défense et de citoyenne dans les locaux du RSMA (Régiment du service militaire adapté) à Arue.

Pour endiguer ce fléau, la ministre de l’Education Nicole Sanquer a signé ce lundi avec le Vice-Rectorat et la direction du centre du service national un nouveau partenariat, le premier datant de 2014, pour lutter contre l’illettrisme et le décrochage scolaire.

Ce protocole permet de proposer aux jeunes, repérés en situation d’illettrisme ou de décrochage, un entretien avec un conseiller d’orientation psychologue au centre d’information et d’orientation (CIO) situé à Pirae.

La ministre nous en dit plus, “C’est un protocole où l’on met à disposition, lors des JDC, des conseillères d’orientation qui repèrent les jeunes qui ont quitté l’école depuis quelques années. On leur fait passer des tests, et ainsi on les oriente vers la mission de lutte contre le décrochage scolaire avec des modules adaptés à leur parcours. (…) Certains sont pris en charge par le CIO (Centre d’information et d’orientation) et la mission de lutte contre le décrochage pour un suivi, mais malheureusement, certains viennent au départ et abandonnent après, mais au moins, on a des choses à leur proposer.”

Depuis 2014, date du premier protocole signé entre le vice-rectorat et la et la direction du centre du service national, la ministre indique que pour 2015, “On a pu récupérer 332 jeunes, répartis pour certain à l’Ecole de la Seconde Chance ou dans des lycées professionnels où ils restaient des places vacantes. (…)” . Selon la ministre, sur les 332 jeunes en difficulté, 80% s’en sont sortis.

Ce qui corrobore ses dires, “L’éducation toute seule ne peut pas tout régler et nous cherchons à avoir un maximum de partenaires pour nous aider dans nos différentes missions. “
 

Rédaction Web avec Esther Parau-Cordette

* L’illettré a été scolarisé mais cet apprentissage n’a pas conduit à la maîtrise de la lecture et de l’écriture ou bien cette maîtrise a été perdue. Il éprouve donc de grandes difficultés à lire et à écrire. L’illettrisme se mesure par l’incapacité d’un individu à déchiffrer un texte de plus de six lignes et à en tirer les informations dont il a besoin.

 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires