mardi 19 octobre 2021
A VOIR

|

En 15 ans, un demi-million de thons marqués pour les étudier

Publié le

Mieux connaitre les thons, c’est l’objectif que s’est fixée l’agence de pêche hauturière du secrétariat du Pacifique Sud. Il y a 15 ans, elle lançait une vaste campagne de marquage de plusieurs espèces de thons. Près d’un demi-million ont été marqués depuis. L’étude permettrait de mieux réguler leur pêche et d’aider les territoires insulaires à préserver leurs stocks.

Publié le 29/09/2020 à 15:17 - Mise à jour le 29/09/2020 à 15:29
Lecture 2 minutes

Mieux connaitre les thons, c’est l’objectif que s’est fixée l’agence de pêche hauturière du secrétariat du Pacifique Sud. Il y a 15 ans, elle lançait une vaste campagne de marquage de plusieurs espèces de thons. Près d’un demi-million ont été marqués depuis. L’étude permettrait de mieux réguler leur pêche et d’aider les territoires insulaires à préserver leurs stocks.

600 milliards de Fcfp, c’est la richesse générée annuellement par la pêche du thon dans le Pacifique.   C’est la principale ressource pour certains états insulaires du Pacifique.

Pour la communauté du Pacifique Sud (SPC), le marquage de ces poissons est primordial. Le thon est un des poissons les plus pêchés au monde et pourtant son cycle de reproduction est encore peu connu.

“Les marques nous donnent des informations sur les migrations des thons, l’endroit où ils sont pêchés, leur croissance… Les poissons sont mesurés et pesés, on connait donc leur taille et poids du marquage et une fois pêchés de nouveau. Cela nous donne aussi des indications sur l’impact des différents pays sur le thon” explique Caroline Sanchez, chargée de la récupération des marques à la SPC.

(Crédit photo : SPC)

En cette période de crise sanitaire, beaucoup de pays délaissent leur tourisme pour se tourner vers la pêche. Cette année, les agents du secrétariat du Pacifique se concentrent sur la Zone exclusive de Kiribass et des îles Phénix.

“Depuis 15 ans, ce programme permet à notre région mieux gérer la ressource. Les informations nous permettent d’améliorer l’évaluation des stocks et donc de donner un meilleur avis scientifique dans la communauté du Pacifique Sud” déclare Graham Pilling, chef du programme de pêche de la SPC.

(Crédit photo : SPC)

Le secrétariat propose jusqu’à 25 000 Fcfp de récompense aux personnes rapportant les marques implantées dans les poissons, afin de récupérer leurs données plus rapidement. Aujourd’hui, seulement 18% des marques sont récupérées.  

Rédigé par

infos coronavirus