Emploi : moins de chômage mais plus d’inactifs en 2022, selon l’ISPF

Publié le

L’Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF) a présenté ce matin les résultats de son enquête emploi, portant sur les îles de la Société et les Marquises. En 2022, 100 000 personnes occupent un emploi, soit 1 700 de plus qu'en 2021, ramenant taux de chômage en Polynésie à 9%. Un chiffre à relativiser, puisque le nombre de personnes ne souhaitant pas travailler progresse.

Publié le 09/02/2023 à 18:00 - Mise à jour le 10/02/2023 à 9:37

L’Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF) a présenté ce matin les résultats de son enquête emploi, portant sur les îles de la Société et les Marquises. En 2022, 100 000 personnes occupent un emploi, soit 1 700 de plus qu'en 2021, ramenant taux de chômage en Polynésie à 9%. Un chiffre à relativiser, puisque le nombre de personnes ne souhaitant pas travailler progresse.

Après les années covid, 2022 a logiquement été l’année de la reprise économique. En grande partie grâce au secteur du tourisme, le taux de chômage de 9% a connu un léger recul de 0.5% par rapport à l’année précédente, soit 3 700 personnes qui ont trouvé ou retrouvé du travail. 100 000 personnes ont un travail au fenua, le plus haut chiffre depuis 5 ans.

Des statistiques qui sont toutefois à nuancer, selon l’ISPF, qui a présenté son enquête emploi 2022, ce matin. Si 85 800 personnes sont sans emploi, seules 26 400 sont considérées comme étant au chômage ou dans son halo. C’est nettement moins que les 59 400 personnes inactives, qui ne souhaitent pas trouver un travail dans l’immédiat. Une portion qui représente 30% des 15-64 ans.

« Ce sont des étudiants qui ne cherchent pas forcément un emploi, des retraités, ou des personnes qui sont chez elles au foyer, à s’occuper des enfants ou des personnes âgées« , explique, Charly Bodet, chargé d’étude à l’ISPF en charge de l’enquête emploi. La Polynésie ne verse pas d’allocations en contrepartie d’une recherche active d’emploi, les demandeurs sont aussi peu nombreux à se déclarer comme chômeurs, nuance l’ISPF.

Les femmes et les jeunes plus occupés qu’en 2021, les diplômés plus insérés

Si l’écart d’insertion se réduit entre les femmes et les hommes, ces derniers ont quand même plus de facilité à trouver un travail (ISPF)

Sans surprise, plus le diplôme est élevé, plus l’insertion est importante. Ainsi, les détenteurs de CAP ou de BEP ont plus de chance à trouver un emploi que les simples bacheliers. Si ces chiffres sont encourageants, l’ISPF incite à la prudence, l’enquête ayant été réalisée de mars à juin. Une photographie du marché de l’emploi prise à l’aube de la haute saison.

L’enquête emploi 2023 commence la semaine prochaine, aux Tuamotu Gambier, dans 648 logements. Elle se poursuivra au mois de mars, dans 3720 logements de l’archipel de la société.

Dernières news

Activer le son Couper le son