dimanche 26 juin 2022
A VOIR

|

Elle nage entre Tahiti et Moorea pour sensibiliser à l’endométriose

Publié le

Défi relevé pour Ruita Kato qui a relié ce samedi Tahiti à Moorea, à la nage. Présidente de l’association Endopolynésie, elle souhaite à travers cette performance sensibiliser le grand public à cette maladie encore peu connue au fenua.

Publié le 21/05/2022 à 16:37 - Mise à jour le 22/05/2022 à 10:20
Lecture < 1 min.

Défi relevé pour Ruita Kato qui a relié ce samedi Tahiti à Moorea, à la nage. Présidente de l’association Endopolynésie, elle souhaite à travers cette performance sensibiliser le grand public à cette maladie encore peu connue au fenua.

Ruita Kato, ce nom ne vous dit peut-être rien et pourtant : derrière ce petit bout de femme se cache une vraie guerrière. Depuis octobre dernier, Ruita s’entraîne régulièrement pour réussir à surmonter l’épreuve un peu folle qu’elle s’est elle-même imposée : relier Tahiti et Moorea à la nage. Son but : porter un message d’espoir à toutes les femmes qui, comme elle, souffrent d’endométriose : “Je veux sensibiliser la population polynésienne, nos acteurs de la santé, nos médecins et aussi notre gouvernement. Je veux rendre hommage à toutes ses femmes qui souffrent d’endométriose chaque jour”.

Avec le soutien sans faille de son mari Thierry et les conseils avisé d’Ismael Huukena, elle s’est préparée très sérieusement pour relever ce challenge. Entre exercices physiques et travail psychologique, elle est aujourd’hui une toute autre femme. “C’était un défi personnel, où j’avais envie tout simplement de me dépasser. Pendant longtemps, j’ai cru que j’étais quelqu’un d’incapable. Voilà comment c’est venu, honnêtement”, confie Ruita.

Il lui aura fallu six mois de travail acharné avant qu’Ismaël Huukena, habitué à ce genre de défi, ne lui donne le feu vert. L’expérience de ce coach et l’amour de son mari ont poussé Ruita dans ses retranchements. Elle inscrit désormais son nom au Palmarès des aito qui ont fait la traversé entre Tahiti et l’île sœur à la nage.

infos coronavirus