lundi 26 octobre 2020
A VOIR

|

Elections au CESEC : la CSIP crée la surprise

Publié le

Eugène Sommers offre, pour la première fois, la tête du CESEC à la Confédération des Syndicats Indépendants de Polynésie. Face à lui : Patrick Galenon, candidat désigné par le collège des salariés, et Diana Yieng Kow. Il aura fallu trois tours pour élire le 29ème président de l'institution.

Publié le 18/09/2020 à 23:03 - Mise à jour le 19/09/2020 à 2:07
Lecture 3 minutes

Eugène Sommers offre, pour la première fois, la tête du CESEC à la Confédération des Syndicats Indépendants de Polynésie. Face à lui : Patrick Galenon, candidat désigné par le collège des salariés, et Diana Yieng Kow. Il aura fallu trois tours pour élire le 29ème président de l'institution.

Eugène Sommers est le nouveau président du Conseil Economique Social Environnemental et Culturel. Un coup de théâtre alors que le collège des salariés, à qui revient la présidence pour ces deux années, avait choisi comme candidat officiel Patrick Galenon. Eugène Sommers et Diana Yieng Kow avaient quant à eux présenté une candidature libre.

Le CESEC est une institution composée de 4 collèges : celui des entrepreneurs, celui des salariés, le collège de la vie collective et celui du développement. La présidence change tous les deux ans, et est assurée par chacun des collèges à tour de rôle.

Il a fallu trois tours pour départager les candidats. Et l’issue en a surpris plus d’un puisque c’est finalement le trésorier de la CSIP, porté par Cyril Legayic, qui a, contre toute attente, remporté l’élection au terme de trois tours très serrés.

« Ca me fait beaucoup de bonheur », s’est exclamé Eugène Sommers. « Je remercie l’ensemble des conseillers qui m’ont beaucoup soutenu. Cyril Legayic, mon ami, m’a demandé d’être candidat. Mais c’est moi qui vais présider! Cyril et moi on a travaillé depuis presqu’un an sur cette élection »

« C’est un poulain de notre confédération. Il a été élu à la majorité relative, qui peut-être plus content que son secrétaire général? », confirme Cyril Legayic, le leader de la CSIP. « Je serai derrière lui! Il ne faut pas oublier qu’au niveau du collège des salariés, il est de coutume de présenter des candidats. Patrick Galenon a été élu par la majorité, pas l’unanimité, deux autres candidats se sont présentés. C’est la démocratie. Au CESEC, il y a quatre collèges, ils se sont exprimés pour le renouveau. Je ne sais pas si on a crée la surprise mais notre candidat a été élu et je suis très content ».

Candidat désigné par les salariés, Patrick Galenon n’a pas convaincu dans les autres collèges.

« C’est la démocratie! Il faut toujours penser que quand on joue au football, on peut gagner ou perdre! » a déclaré, fair play, le secrétaire général de la CSTP FO.

Dans son discours, Diana Yieng Kow a cité Michèle Obama, et espérait voir émerger au moins une femme à la tête de l’une des institutions : pas pour la parité mais pour ses compétences.

« Ce qui m’a manqué, je vais vous le dire franchement, c’est le lobbying. Je n’en ai pas fait pendant plus de 6 mois, contrairement à mes collègues, qui ont presque fait du corps à corps! », constate Diana Yieng Kow représentante du STIP / AEP « C’est une expérience que j’ai vécu pleinement et qui me servira s’il y a une prochaine fois (…) les femmes ont leur place, non pas à cause de la parité nécessairement, mais avec leurs compétences et leur regard. On a un regard souvent différent de celui des hommes. Je pense que le travail en partenariat pourra être bénéfique pour tous ».

Stanley Ellacott, Makalio Folituu et Christophe Plée sont les trois vice-présidents.

56% des avis du CESEC sont pris en compte par le gouvernement. Mais depuis quelques mois la 4ème institution du Pays n’est presque plus sollicitée avant le passage des textes à l’Assemblée…

L’un des premiers thèmes que souhaite aborder Eugène Sommers concerne la pauvreté : « J’ai une autosaisine qui est prête. Je souhaite que l’on parle de ça. Je veux montrer que la pauvreté, ici, en Polynésie, est là. Qu’elle existe ».

infos coronavirus

La pollution atmosphérique pourrait augmenter la mortalité par Covid-19 de 15%

Une exposition à long terme à la pollution de l'air ambiant pourrait entraîner un risque accru de mourir du Covid-19, d'environ 15% en moyenne dans le monde, selon une étude internationale publiée mardi.

Covid-19 : Les communes des îles du Vent, relais de lutte face à l’épidémie

Ce matin, à la présidence, les représentants communaux étaient conviés à participer à un séminaire d’information. Les échanges ont porté sur le contexte sanitaire actuel et les outils disponibles pour les élus.