mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

Education : une antenne de la protection judiciaire de la jeunesse au CJA

Publié le

Publié le 06/08/2018 à 16:12 - Mise à jour le 06/08/2018 à 16:12
Lecture 2 minutes

La première, signée avec le ministre de la Santé, Jacques Raynal, la commune de Moorea et l’association Les Petits Princes d’Aimeho, consiste à donner une nouvelle dynamique aux actions de Santé engagées dans les écoles de la commune de Moorea/Maiao. Il s’agit ainsi d’encourager les projets et les sorties, avec en toile de fond le dispositif Ecole en Santé et ses dix actions comme fil conducteur tout au long de l’année scolaire.
 
Les dix actions du dispositif Ecole en Santé sont les suivantes : le respect des règles d’hygiène corporelle pour limiter la transmission de germes pathogènes, la qualité nutritionnelle à la cantine et au sein de l’établissement scolaire, l’aide à la lutte anti vectorielle, le tri des déchets, respecter et nettoyer l’espace public proche de son environnement, accueillir tous les enfants, valoriser et préserver le patrimoine culturel, pratiquer des activités physiques et enfin offrir une possibilité de soin en santé scolaire. L’Education et la Santé sont indissociables : on apprend mieux lorsque l’on est en bonne santé.
 
> Partenariat entre la Protection judiciaire de la jeunesse et le CJA de Teva I Uta
 
Une seconde convention a ensuite été signée pour la mise en place d’un dispositif expérimental, un point d’accueil de la protection judiciaire et de la jeunesse au CJA (Centre des jeunes adolescents) de Teva I Uta. La convention a été signée par la ministre de l’Education, de la jeunesse et des sports, Christelle Lehartel, le ministre de l’Economie verte, maire de Teva I Uta, Tearii Alpha, et la direction de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). L’objectif de cette convention est de répondre à deux exigences de la politique éducative du Pays : veiller à ne laisser aucun élève au bord du chemin et veiller à ce qu’aucun jeune ne quitte le cursus scolaire sans avoir obtenu, à minima, un diplôme de niveau V, (type CAP), de qualification professionnelle.
 
> Des actions de sensibilisation

Cette convention définit les modalités de partenariat entre le ministère de l’Education, de la jeunesse et des sports, la direction de la protection judiciaire de la jeunesse et la commune de Teva I Uta afin notamment d’assurer la prise en charge éducative de mineurs suivis par la justice, de permettre à ces jeunes en difficulté de participer à des activités et à des apprentissages durant leur temps de présence en CJA, en vue d’obtenir un socle de compétences minimales et de les accompagner vers une qualification professionnelle. Elle prévoit, en outre, de conduire auprès des élèves du CJA, des actions de sensibilisation et de prévention contre la délinquance juvénile.
 
La convention signée prévoit la mutualisation des moyens respectifs et définit les conditions d’organisation et de fonctionnement du point d’accueil de la PJJ, ainsi que de l’accueil des mineurs suivis par la justice, au sein des locaux du CJA. 

Communiqué de presse 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.