mardi 22 septembre 2020
A VOIR

|

Education – Lauréats affectés en métropole : 4 lieux de stage finalement créés en Polynésie

Publié le

Aucun stage en Polynésie n'était possible pour les 4 lauréats des concours de recrutement de l’enseignement, qui ont passé le concours en Polynésie française et qui ont obtenu une affectation en métropole pour leur stage de titularisation. La ministre a tout de même décidé de faire en sorte de créer des lieux de stage, "eu égard à la situation sanitaire des lieux d’affectation de ces professeurs stagiaires en métropole".

Publié le 08/08/2020 à 10:37 - Mise à jour le 09/08/2020 à 11:31
Lecture 3 minutes

Aucun stage en Polynésie n'était possible pour les 4 lauréats des concours de recrutement de l’enseignement, qui ont passé le concours en Polynésie française et qui ont obtenu une affectation en métropole pour leur stage de titularisation. La ministre a tout de même décidé de faire en sorte de créer des lieux de stage, "eu égard à la situation sanitaire des lieux d’affectation de ces professeurs stagiaires en métropole".

Quatre lauréats polynésiens de concours enseignants ont été affectés en métropole pour la prochaine rentrée scolaire. Une situation que dénonçait le Snetaa Fo Polynésie, qui « exige » de la ministre de l’Education, Christelle Lehartel, « que ces lauréats effectuent leur stage en Polynésie ».

Lire aussi – Education : Snetaa FO Polynésie se lève contre l’affectation en métropole de 4 lauréats polynésiens

Vendredi, les 4 lauréats des concours de recrutement de l’enseignement, qui ont passé le concours en Polynésie française et qui ont obtenu une affectation en métropole pour leur stage de titularisation ont été reçus par la ministre et le directeur de la DGEE Thierry Delmas.

Christelle Lehartel a rappelé plusieurs points :

–       L’océanisation des cadres dans l’enseignement en Polynésie française fonctionne très bien depuis près d’une décennie. Il en résulte une baisse constante des enseignants mis à disposition en provenance d’autres territoires et une augmentation forte d’enseignants titulaires polynésiens. Certains enseignants ont suivi leur formation universitaire en métropole, d’autres en Polynésie française.

–       Tous les jeunes Polynésiens ayant suivi leur formation en métropole ou en Polynésie, ayant été titularisés à l’issue de leur stage et ayant fait la demande d’affectation en Polynésie française ont obtenu un poste en tant que titulaire. Les jeunes Polynésiens titulaires sont systématiquement prioritaires par rapport aux professeurs extérieurs au fenua demandant une mise à disposition en Polynésie française. Il en est de même pour les personnels de direction et d’inspection. M. Routhier du Snetaa-FO ne peut pas ignorer ces dispositions puisqu’il est élu et participe chaque année aux commissions préfigurant le mouvement des enseignants.

–     A la différence de ce qu’affirme le communiqué du Snetaa-FO, tous les Polynésiens qui ont demandé un centre d’intérêt matériel et moral (CIMM), l’ont obtenu si tant est qu’il veuille bien fournir un dossier complet et dans les délais prévus par l’administration. Les critères pour obtenir un CIMM sont connus, ils sont au nombre de 7 et les demandeurs les connaissent en remplissant leur dossier dématérialisé. Tous les dossiers sont étudiés à partir de trois critères réunis.

–     Depuis plusieurs années, le ministère en charge de l’éducation et la DGEE alertent les étudiants de l’UPF et de l’ESPE sur la saturation de certaines disciplines d’enseignement. Ces disciplines comme celles auxquelles appartiennent ces 4 professeurs stagiaires (électrotechnique et biotechnologie en lycée professionnel) sont saturées depuis plusieurs années et ne peuvent plus accueillir ni stagiaire, ni titulaire, ni MAD (personnel mis à disposition). La baisse continuelle démographique des jeunes Polynésiens scolarisés depuis plusieurs années va accentuer cette situation dans les années à venir.

–    Les futurs fonctionnaires d’autres administrations publiques qui passent des concours nationaux sont tout à fait conscients que la Polynésie française ne pourra pas les accueillir au début de leur carrière. Ils partent en métropole se former. Il en va de même pour les candidats aux concours nationaux de l’enseignement sur des disciplines saturées, identifiées et connues.

La crise sanitaire Covid ayant eu pour conséquence la suppression des oraux d’admission de certains concours en ne recrutant qu’à partir des notes d’écrit a vu la réussite de 45 jeunes Polynésiens aux différents concours de l’enseignement (CAPES, CAPEPS, PLP, CPE…). À ce jour, 41 stagiaires sur 45 ont pu être affectés dans les collèges et lycées de Tahiti et Moorea, seules îles possibles d’affectation pour que ces professeurs stagiaires suivent leur formation à l’école supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE).

Les 4 professeurs stagiaires affectés en métropole ont été reçus par la DGEE pour faire le point sur leur situation personnelle et le directeur général a rencontré les chefs d’établissement des seuls lycées professionnels dispensant ces enseignements sur Tahiti Moorea. Il a été de nouveau constaté que l’organisation pédagogique et les heures disponibles dans ces établissements scolaires ne permettaient pas l’accueil satisfaisant de ces 4 professeurs stagiaires pour une bonne formation pour leur futur métier d’enseignant.

Cependant, eu égard à la situation sanitaire des lieux d’affectation de ces professeurs stagiaires en métropole, la ministre a décidé d’entamer les moyens destinés au remplacement des enseignants absents durant l’année scolaire pour demander à la DGEE de créer 4 lieux de stage dans ces disciplines. Elle précise que ces établissements n’ont initialement pas besoin de ces heures et que cette opération engendre une réorganisation de leurs emplois du temps à quelques heures de la rentrée ainsi qu’une surconsommation au détriment du remplacement des enseignants. Ainsi, 4 lieux de stage ont été créés et proposés à ces 4 professeurs stagiaires lors de leur entretien avec la ministre de l’Education, de la jeunesse et des sports.

La réponse du SNETAA-FO :

infos coronavirus

Covid-19 : Bientôt des tests antigéniques au fenua

Le ministre de la Santé Jacques Raynal a annoncé la commande de 30 000 tests antigéniques en Nouvelle-Zélande. Ces tests plus rapides vont permettre aux autorités sanitaires de soulager des procédures lourdes en laboratoire. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Et sont-ils vraiment fiables ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV