A VOIR

|

Education : du tutorat pour la réussite

Publié le

Les cordées de la réussite offrent un soutien aux collégiens de Tipaerui. Pour la 3e année consécutive, l’établissement en partenariat avec la ville de Papeete et l’université de la Polynésie, propose ce dispositif de tutorat. Chaque semaine, des étudiants viennent épauler les collégiens volontaires dans l’apprentissage de différentes matières.

Publié le 07/12/2022 à 5:00 - Mise à jour le 07/12/2022 à 9:37
Lecture 2 minutes

Les cordées de la réussite offrent un soutien aux collégiens de Tipaerui. Pour la 3e année consécutive, l’établissement en partenariat avec la ville de Papeete et l’université de la Polynésie, propose ce dispositif de tutorat. Chaque semaine, des étudiants viennent épauler les collégiens volontaires dans l’apprentissage de différentes matières.

Avec les mathématiques, Elena est un peu en difficulté selon les exercices. La collégienne motivée veut décrocher son brevet. Elle s’est portée volontaire pour faire partie des cordées de la réussite. “Surtout les grandeurs composées. Il y a des parties où ça va mieux et d’autres où c’est plus compliqué. C’est pour ça. Il faut que je creuse un peu.”

Ce tutorat vise à encourager les élèves grâce à du soutien scolaire. 2  heures par semaine , ce groupe est accompagné par ces étudiants. Chacun sa spécialité : français, sciences, langues. Les tuteurs obtiennent un bonus sur leur note du 2nd semestre. “Je veux devenir professeur de mathématiques. Moi ça me fait de l’expérience, ça les aide eux aussi et ça me permet de mettre un peu d’argent de côté pendant mes études”, explique Mattéo Rose, étudiant en Mathématiques.

Le dispositif se veut comme un ascenseur social. Les élèves de la vallée de Tipaerui sont prioritaires pour en bénéficier dans leur collège. Il s’inscrit dans le projet éducatif local de Papeete.  Les cordées de la réussite sont un levier de l’égalité des chances. “On essaie de ramener un peu d’équilibre, de mettre plus d’équité, de donner davantage à des élèves qui ont davantage de besoins, déclare Benoît Montaubric, principal du collège de Tipaerui. Après on va faire un suivi de ces élèves sur le plan des récultats pour voir comment ils auront pu bénéficier de ce temps.”

Les élèves participent à leur 3e séance de tutorat. En ouvrant les cahiers, ils profitent de ce temps pour faire principalement des révisions. “Là où j’ai le plus de difficultés c’est en anglais et histoire“, confie un étudiant.

Les tuteurs aborderont aussi au fil de l’année scolaire la question de l’orientation, pour motiver ces collégiens à poursuivre jusqu’aux études supérieures. Ils auront aussi l’occasion de visiter l’université.