mardi 14 juillet 2020
A VOIR

|

Edouard Fritch s’est rendu aux Tuamotu avec Jean-Jacques Urvoas

Publié le

Publié le 02/03/2015 à 9:05 - Mise à jour le 02/03/2015 à 9:05
Lecture 2 minutes

Le président du Pays, Edouard Fritch, s’est rendu dimanche et lundi, aux Tuamotu, à Tikehau et Rangiroa, aux côtés du président de la commission des lois de l’Assemblée nationale, Jean-Jacques Urvoas. Composée également des députés Maina Sage et Jean-Paul Tuaiva, ainsi que par le président du SPCPF (Syndicat pour la promotion des communes de Polynésie française), Cyril Tetuanui, la délégation a été chaleureusement accueillie par la population de Tikehau.
 
La problématique de l’eau potable aux Tuamotu a été présentée à cette occasion, celle-ci concernant les 16 communes – regroupant 45 atolls – de cet archipel. La solution technique adaptée aux atolls est basée sur la collecte des eaux de pluie. Une potabilisation ensuite faite par la commune permet de fournir, sous forme de fontaine publique, au moins 5 litres d’eau potable par jour et par habitant. Cette fourniture d’eau potable s’ajoute à la fourniture individuelle d’eau de pluie collectée par chaque famille par ses propres moyens pour les besoins ménagers.
 
A travers cet exemple, le président de la commission des lois a été sensibilisé aux quelques adaptations juridiques nécessaires au CGCT (Code général des collectivités territoriales) et ce afin de valider juridiquement les solutions préconisées pour l’exercice des compétences environnementales dans les atolls. Le report de la date d’application des compétences environnementales est une nécessité pour permettre aux 48 communes de Polynésie d’atteindre les objectifs. Tout comme il est utile d’avoir un contrat de projets spécifiquement dédié aux communes pour les aider à remplir leurs objectifs en matière d’eau potable, de traitement des eaux usées et des déchets.
 
Tikehau est, en tous cas, passé à la pratique pour le système de potabilisation de l’eau. Un système de fontaine publique à carte prépayée a été installé sur l’île, l’eau de pluie collectée étant rendue potable. L’eau ainsi produite est vendue à 13 Fcfp le litre. La délégation a, par ailleurs, visité un atelier de production d’huile vierge de coco. Celle-ci est produite à partir du lait de coco frais. Elle est commercialisée en bouteille ou transformée en savon.
 
Le président Edouard Fritch et le président de la commission des lois ont en outre visité l’abri de survie, d’une superficie de 750 m2, et financé grâce au Contrat de projets, un hangar où est stocké du bois de cocotier et une déchetterie. Des produits recyclables tels que le plastique, le verre, les appareils électroniques, les batteries sont amenés à cette déchetterie. Ce centre, d’un investissement de 50 millions Fcfp, a lui aussi été financé grâce au Contrat de projets. 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV