lundi 29 novembre 2021
A VOIR

|

Économie circulaire : le cycle des cartouches d’encre

Publié le

Dans les entreprises, on en consomme énormément. Les cartouches d’encre, ce sont des produits consommables qui sont parfois jetés comme un déchet. Et pourtant, leur cycle de vie peut être multiplié. À Papeete, l’entreprise "Pacif’ink" s’engage pour récupérer les cartouches et les intégrer dans un circuit d’économie circulaire.

Publié le 18/06/2021 à 16:36 - Mise à jour le 18/06/2021 à 16:36
Lecture 2 minutes

Dans les entreprises, on en consomme énormément. Les cartouches d’encre, ce sont des produits consommables qui sont parfois jetés comme un déchet. Et pourtant, leur cycle de vie peut être multiplié. À Papeete, l’entreprise "Pacif’ink" s’engage pour récupérer les cartouches et les intégrer dans un circuit d’économie circulaire.

Remplacer une cartouche d’encre dans l’imprimante. Le geste est simple et se fait des dizaines de fois chaque année dans plusieurs entreprises. Au lieu de les jeter, certaines sociétés optent pour l’économie circulaire. Les cartouches vides sont collectées par une entreprise de la zone industrielle de Tipaerui.  

“On va les stocker ici. Et en fonction de leur état, on va déjà effectuer un premier tri, explique Marion Geillon, commerciale à Pacif’ink. Ensuite, lorsqu’on aura accumulé suffisamment de volume pour remplir un container, on va effectuer un renvoi vers l’Europe dans des centres de traitement, de reconditionnement de ces cartouches et toners pour remise à neuf.”

Les techniciens repèrent les éventuelles défaillances et font le tri avant de les expédier vers des centres spécialisés. “On regarde si la cartouche n’est pas cassée, si elle n’est pas désassemblée. On regarde tout ce qui est pignons et ressorts, et si tout va bien, on la remet dans le carton approprié”, précise Édouard Le Toquin, l’un des techniciens.

Sur des palettes trônent la collecte des derniers mois. “Ça représente 15 m3, 2 tonnes de plastique et il y a à peu près 4400 cartouches de toner et d’encre”, détaille Marion Geillon.

L’impression bureautique, c’est 375 millions de cartouches jetées chaque année dans le monde, soit l’équivalent d’un million par jour. Alors que ce consommable peut être réutilisé 5 à 10 fois !

Dans le cycle de l’économie circulaire, cette entreprise collecte du vide et fournit à nouveau du plein à ses clients, avec un produit vérifié et remis à neuf.

“Nos clients vont bénéficier d’un bilan matière annuel qu’on a de nos centres de traitement en Europe, qui nous détaillent le devenir de chaque cartouche et toner qu’on a renvoyé, assure Marion Geillon. C’est comme ça que Pacif’ink a créé l’éco label Tahiti Print Eco Friendly qui permet d’identifier les sociétés engagées dans la réduction de leurs déchets liés aux impressions.”

Plus de 75% des composants des cartouches usagées sont réutilisés. Celles en trop mauvais état sont orientées vers un processus de recyclage pour être démontées. Le plastique est broyé puis recyclé en matières premières secondaires.

infos coronavirus