« Écoles en Santé » rassemble les îles du Pacifique

Publié le

À l’image du CJA de Rimatara, 50 établissements scolaires en Polynésie ont obtenu le label « école en santé ». Un programme qui dépasse nos frontières puisqu’une délégation venue des îles Cook, de Niue et de Nouvelle-Calédonie est actuellement en Polynésie pour partager son expérience.

Publié le 19/06/2023 à 18:02 - Mise à jour le 19/06/2023 à 18:04

À l’image du CJA de Rimatara, 50 établissements scolaires en Polynésie ont obtenu le label « école en santé ». Un programme qui dépasse nos frontières puisqu’une délégation venue des îles Cook, de Niue et de Nouvelle-Calédonie est actuellement en Polynésie pour partager son expérience.

Une dizaine d’observateurs venue des quatre coins du Pacifique est actuellement en Polynésie pour échanger sur les bienfaits du programme « Ecole et CJA en santé ». Un dispositif initié en 2017 en Polynésie pour promouvoir chez les enfants des habitudes de vie favorables à la santé, en agissant sur les déterminants de santé locaux et en développant les compétences psycho-sociales des élèves.

Après avoir été expérimenté sur l’île de Moorea pendant deux ans, le programme a été étendu à l’ensemble des établissements scolaires du 1er degré volontaires. Fin juin 2023, un total de 50 écoles et 20 Centres des jeunes adolescents (CJA) auront été labellisés en santé.

« On a tout intérêt à échanger avec les différentes îles du Pacifique, affirme Solène Bertrand, représentante de la Division Santé de la Communauté du Pacifique Sud. Les problématiques, les difficultés et les bénéfices sont similaires entre nous » .

– PUBLICITE –

Pour cette première journée d’échange, l’école Vaiatu de Paea, labellisée école en santé depuis un an, a ainsi ouvert ses portes à des spécialistes de la santé infantile. Une matinée rythmée par différents ateliers thématiques animés par les 260 élèves de l’école, de la préparation du monoï à la mise en place de flashmobs comme moyen d’expression.

Pour Moira Jackson,, représentante de Niue, cet échange va dans le sens de la réappropriation culturelle. « Le projet de production de monoï, c’est un autre moyen de pérenniser nos cultures, nos langues et nos traditions, analyse-t-elle. On doit travailler dans ce sens pour les générations à venir » .

Ces rencontres, coordonnées par le service de la santé, serviront à établir un bilan global sur les bienfaits du dispositif « Ecole et CJA en santé », 6 ans après sa mise en place.

Dernières news