vendredi 7 mai 2021
A VOIR

|

Eco-mobilité : une charte pour se bouger

Publié le

Publié le 18/07/2018 à 15:05 - Mise à jour le 18/07/2018 à 15:05
Lecture 2 minutes

En Polynésie française, les transports terrestres (33%) et la production d’électricité (36%) concentrent la majorité des émissions de gaz à effets de serres. Entre pollution de l’air, consommation de carburant et d’espace (stationnement, etc.), embouteillages, bruit, coût financier ; le bilan des transports est assez conséquent et les nuisances engendrées dégradent nos conditions de vie et notre santé.

Pour tenter d’enrayer ce phénomène, l’Ademe encourage les actions en faveur de l’éco-mobilité en mettant en place une charte.
L’éco-mobilité est le développement et la gestion de modes de déplacement plus respectueux de l’environnement, sains et accessibles à tous.

L’éco-mobilité est définie par tous les transports alternatifs à la voiture individuelle (marche à pied, vélos, transports en commun…), mais aussi l’optimisation de l’utilisation de la voiture individuelle (auto-partage, covoiturage, éco-conduite…) et des transports de marchandises (mutualisation logistique, éco-conduite…).

Elle offre des bénéfices à plusieurs niveaux : pour la santé, pour la sécurité, pour lutter contre la vie chère, pour la qualité de vie et pour l’environnement.

Tous les acteurs du domaine public, associatif et privé peuvent adhérer à la charte. Il suffit de s’engager à mettre en place au moins trois actions en faveur de l’éco-mobilité.

PRATIQUE
 
1. Télécharger le dossier d’inscription sur le site de l’ADEME Polynésie française ou se renseigner auprès de la [email protected]
2. Choisir trois actions minimum dans la liste des 100 actions
3. Obtenir la validation du Comité de Charte Eco-mobilité en envoyant son dossier à la [email protected].  
4. Signer la charte qui valide son engagement.
5. Présenter le bilan de ses actions après un an au comité de charte.
6. Renouveler son engagement pour l’année suivante.
 
Les demandes d’adhésions à la Charte Éco-mobilité seront étudiées toute l’année.
 
 

 

infos coronavirus