samedi 5 décembre 2020
A VOIR

|

Dr Van Mai Cao-Lormeau de l’institut Malardé, dans la liste des chercheurs les plus influents de 2019

Publié le

Dans son compte-rendu, le conseil des ministre annonce que le Dr Van Mai Cao-Lormeau, directrice du laboratoire de recherche sur les maladies infectieuses à transmission vectorielle de l’Institut Louis Malardé (ILM), est dans la liste 2019 des « Highly Cited Researchers » (Chercheurs hautement cités).

Publié le 18/03/2020 à 15:32 - Mise à jour le 18/03/2020 à 15:33
Lecture 2 minutes

Dans son compte-rendu, le conseil des ministre annonce que le Dr Van Mai Cao-Lormeau, directrice du laboratoire de recherche sur les maladies infectieuses à transmission vectorielle de l’Institut Louis Malardé (ILM), est dans la liste 2019 des « Highly Cited Researchers » (Chercheurs hautement cités).

Le ministre en charge de la Recherche s’est fécilité, à l’occasion du Conseil des ministres, de la nomination du Dr Van Mai Cao-Lormeau, directrice du laboratoire de recherche sur les maladies infectieuses à transmission vectorielle de l’Institut Louis Malardé (ILM), dans la liste 2019 des « Highly Cited Researchers » (Chercheurs hautement cités).

Cette liste, établie par le Web of Science Group, un service d’information universitaire géré par la société Clarivate Analytics, recense, au niveau international, les chercheurs les plus influents, en utilisant comme référentiel le nombre de leurs publications cités par leurs pairs.

En 2019, 6 216 chercheurs (0.1% des chercheurs mondiaux) œuvrant dans 21 disciplines, ont reçu cette distinction. Le Dr Cao-Lormeau, partage cette reconnaissance avec le Dr Didier Musso, anciennement directeur du laboratoire de recherche et de biologie médicale, à l’ILM.

En tête de liste des publications du Dr Cao-Lormeau, les plus citées figure celle sur l’infection zika et les cas de syndrome de Guillain-Barré (citée plus de 1040 fois), laquelle associe la direction de la Santé (DS), le Centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF), et l’Institut Pasteur.

Cette distinction souligne la qualité et l’importance de la recherche scientifique menée par l’Institut Louis Malardé et ses partenaires à l’échelle locale (DS, CHPF, Université de la Polynésie française, Institut de la statistique de la Polynésie française…), nationale (Institut Pasteur, Institut hospitalo-universitaire Marseille, Institut de recherche pour le développement…), et internationale (Organisation mondiale de la santé, Communauté du Pacifique, Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie, Universités à Fidji, en Australie, London School of Hygiene and Tropical Medicine).

Soutenue par des financements de la Polynésie française, de l’Etat, de l’Europe, cette recherche a vocation à répondre aux besoins de santé publique du Pays, en s’associant aux préoccupations régionales, et à contribuer à l’avancée des connaissances scientifiques.

Les autres publications au compte-rendu du conseil des ministres
– Indice des prix : baisse de 0,4% en février
– Conférence économique 2020 – le forum : bilan et perspectives
– Dérogation à l’interdiction d’importer du concentré d’ananas en Polynésie française
– Modification du seuil de traitement en commission interne des marchés publics de la CCISM
– Approbation du budget primitif de l’Institut de la statistique de la Polynésie française
– Rendu exécutoire de délibération du Centre des Métiers de la Mer de Polynésie française
– Transfert du secrétariat de la commission consultative des organismes privés de logement social à la Délégation à l’habitat et à la ville
– Approbation de la programmation complémentaire 2019 des opérations de construction de logements sociaux
– EGAT : nouvelle grille tarifaire pour attirer de nouveaux golfeurs
– Trois projets d’investissement d’entreprises soutenus par le Pays
– Bilan du dispositif « aidant feti’i »
– Ateliers « Paroles de femmes »

infos coronavirus

Covid-19 : le service de réanimation du CHPF soutenu par la réserve sanitaire

Depuis le début de la crise, des réservistes sanitaires de métropole effectuent des missions pour renforcer et soulager les équipes de soignants. 12 d’entre eux, spécialisés en réanimation sont arrivés sur le territoire jeudi dernier. Ils travaillent 24 heures sur 24 heure aux côtés des équipes du CHPF. Une mission sur la base du volontariat.