lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Robes, shorts, cartable… les chariots et paniers de course ont déjà un air de rentrée. Pas d’achat superflu. Car l’addition grimpe vite.« En tout, j’ai misé sur 60 000 Fcfp », nous dit une maman. « Pour deux enfants, 40 000 c’est raisonnable pour les deux. Et pour les fournitures, à peu près 10 000 Fcfp », confie une autre.

Dans ce magasin ce n’est pas encore la bousculade. De nombreux parents retardent les achats de la rentrée. « Je pense que les parents attendent leurs aides sociales, les allocations familiales, ou bien leur salaire », estime une vendeuse.

A la caisse de prévoyance sociale, l’affluence des familles à la recherche d’information sur l’allocation de rentrée scolaire se stabilise. Si ce n’est pas déjà fait, la prime devrait arriver sur le compte bancaire des parents cette semaine. L’ARS, tous régimes confondus, c’est 5000 Fcfp pour les enfants de moins de 6 ans. 8000 Fcfp pour les moins de 12 ans. Et jusqu’à 16000 Fcfp pour les enfants de 16 à 21 ans.

S’ajoute une prestation exceptionnelle attribuée depuis l’année dernière pour les familles des régimes de solidarité et des non-salariés. Pour les enfants de moins de 6 ans, l’aide versée directement sur le compte des parents est de 10 000 Fcfp. Et jusqu’à 24 000 Fcpf pour les enfants de plus de 16 ans. Des aides pour payer les fournitures scolaires et le trousseau vestimentaire.

Mais attention l’ARS n’est pas toujours versée automatiquement. « Pour toutes les premières inscriptions en maternelle ou pour les enfants de plus de 16 ans, le paiement de l’allocation rentrée scolaire se fera dans un second temps, puisque nous attendons les listes de la DGEE qui doivent arriver », explique Heirani Panai, chef de service adjoint du service des prestations aux familles.

L’allocation de rentrée scolaire, c’est avant tout une question de ressources pour les familles de la branche des salariés. Par exemple, un couple avec un enfant à charge ne doit pas dépasser un revenu net mensuel de 143 234 Fcfp exactement. Et gagner moins de 152 234 Fcfp pour bénéficier de la moitié des aides.
Et le plafond augmente avec le nombre d’enfants dans le foyer. Plus la famille grandit, plus l’allocation est importante.

Outre le versement directement sur le compte des parents, l’ARS prend également en charge les frais d’assurance, de cantine, le goûter pour les maternels et primaires, les fournitures scolaires et vestimentaires et jusqu’à l’hébergement en internat et l’équipement de sécurité. Pour ces deux dernières aides, l’accord de la CPS est exigé.

Un quotient familial inférieur ou égal à 25 000 Fcfp est également exigé pour les familles non salariées. Mais depuis l’année dernière, elles disposent des mêmes prestations que les familles du régime de solidarité. Les frais de cantine et l’assurance scolaire sont pris en charge. Mais pour en bénéficier, il faudra se mettre à jour. « La mise à jour doit se faire avant le 31 octobre puisque l’opération d’allocation rentrée scolaire prend fin au 31 octobre 2019. »

Les parents d’adolescents entre 16 et 18 ans quant à eux, n’auront plus à déclarer que leur enfant est toujours scolarisé, étudiant ou apprenti pour la rentrée scolaire. La direction générale de l’éducation et des enseignements transmettra directement à la CPS la liste des enfants scolarisé.

La CPS injecte ainsi 556 millions de Fcfp par an pour la réussite scolaire de 35 000 enfants partout en Polynésie.

 

 

Diffusion :

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire


 

Disponible jusqu’au
Durée :

partagez cette video

à voir aussi

REPLAY A LA UNE

les programmes tv