lundi 10 août 2020
A VOIR

|

Doctoriales : une manifestation publique pour « faire connaître la recherche » en Polynésie

Publié le

INVITE DU JOURNAL - Manifestation importante permettant aux étudiants en doctorat de présenter leur travaux, les doctoriales se déroulent chaque année. La remise des prix de cette nouvelle édition a lieu ce mercredi. Alban Gabillon, directeur de lécole doctorale du Pacifique était l'invité de notre journal :

Publié le 15/05/2019 à 7:26 - Mise à jour le 21/06/2019 à 11:09
Lecture 2 minutes

INVITE DU JOURNAL - Manifestation importante permettant aux étudiants en doctorat de présenter leur travaux, les doctoriales se déroulent chaque année. La remise des prix de cette nouvelle édition a lieu ce mercredi. Alban Gabillon, directeur de lécole doctorale du Pacifique était l'invité de notre journal :

Quel est l’objectif de ces doctoriales ? Faire connaître la recherche ?
« C’est ça, c’est l’objectif principal. Faire connaître la recherche déjà en interne, car on ne communique pas forcément au sein de l’Université. Il y a possibilité de voir ce que font les uns et les autres. C’est également une manifestation pour le public. Tout le monde peut y assister. C’est un exercice annuel de l’Université, une activité de recherche importante. »

Faut-il démontrer que la recherche doctorale est au cœur des préoccupations des Polynésiens ? On l’a vu avec cette jeune femme qui nous parle des algues, ça peut paraître rédhibitoires pour les personnes non-initiées mais finalement ça tient de l’usage quotidien ?
« Alors d’abord ce n’est pas rédhibitoire parce que nous demandons aux doctorants de faire un effort de vulgarisation pour être compréhensible par tous. Nous sommes une école doctorale pluridisciplinaires. Le jury qui évalue ces présentations attribue des prix supportés par nos sponsors. »

Nous sommes dans une époque ou l’on a de plus en plus besoin de se vendre, il y a de plus en plus de concours d’éloquence un peu partout dans le monde. L’enjeu c’est de présenter un travail de trois années en 15 minutes seulement, c’est un exercice que les doctorants doivent apprendre à faire ?
« Tout à fait, le schéma du chercheur complètement isolé dans son laboratoire et qui ne communique pas est complètement dépassé. Il doit maintenant être capable de communiquer et diffuser son savoir et ses connaissances vis-à-vis de ses pairs mais aussi du grand public. »

C’est à la fin de leur thèse qu’ils doivent présenter leur projet oralement devant un jury c’est bien ça ?
« Oui effectivement, ils ont une soutenance tout au long de l’année et les doctoriales font partie de leur formation c’est-à-dire qu’ils apprennent à présenter devant un public et c’est un exercice d’autant plus intéressant puisqu’ils peuvent se jauger et se comparer les uns aux autres. Si l’un voit qu’un autre doctorant a fait mieux, il aura la capacité de se remettre en question et s’améliorer dans le futur. C’est vraiment un exercice très intéressant pour eux. »

C’est aussi important dans le cadre de l’insertion professionnelle, de mettre en relation le monde de l’entreprise et le monde de la recherche ?
« Oui alors notre sponsor Tahiti Fa’ahotu qui est une grappe d’entreprise innovantes est présent. On a aussi quelques doctorants qui ont une démarche professionnelle axée sur l’entreprise. Par exemple, on a un chef d’entreprise qui cherche à valoriser la canne à sucre pour produire du rhum avec de la canne à sucre issue de Tahiti. »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV