A VOIR

|

Devenir aidant pour prévenir le suicide

Publié le

Un premier salon du bien-être mental est organisé dans les jardins de la mairie de Pirae jusqu'au 29 mai. Des formations gratuites et ouvertes au public y sont proposées par l’association SOS Suicide. Objectif : former des aidants qui pourront porter assistance aux personnes en souffrance psychologique ou mentale.

Publié le 24/05/2022 à 14:19 - Mise à jour le 24/05/2022 à 14:20
Lecture 2 minutes

Un premier salon du bien-être mental est organisé dans les jardins de la mairie de Pirae jusqu'au 29 mai. Des formations gratuites et ouvertes au public y sont proposées par l’association SOS Suicide. Objectif : former des aidants qui pourront porter assistance aux personnes en souffrance psychologique ou mentale.

Comment porter assistance aux personnes en détresse psychologique ou mentale et prévenir le suicide ? Une alternative aux aides traditionnelles est proposée par l’association SOS Suicide : former des bénévoles à devenir des aidants. Pour cela, il est important d’être disponible, patient et à l’écoute : “Surtout, il faut avoir le cœur sur la main car ce n’est pas évident. Parfois, on a l’impression qu’ils ont perdu la tête, mais non, pas du tout. Une personne qui appelle, normalement, elle veut juste parler, parce qu’elle n’a pas besoin qu’on lui donne des conseils. Ce sont des personnes qui se sentent abandonnées. Et on est justement là pour leur faire comprendre qu’elles ne sont passeules” explique Tara, aidante, membre de l’association SOS Suicide.

Le soutien de ces bénévoles a déjà fait ses preuves. Ils sont formés dans la gestion des crises suicidaires et sur leur prise en charge. Une aide qui s’est avérée bénéfique pour le patient. Le suivi va même plus loin pour un bien-être mental complet : “L’écoute faite par des bénévoles et beaucoup plus efficace. Le bénévole ne pas pointer du doigt la personne, mais il va prendre du temps pour l’écouter. C’est accompagné de thérapie à soin médiation corporelle, c’est-à-dire que l’on a des masseurs traditionnels, des masseur magnétiseurs… en soignant le corps, on soigne aussi le mental” indique Germaine, aidante, également membre de l’association.

SOS Suicide recherche activement des bénévoles. Pour ceux qui souhaiteraient profiter de ces formations, ils ont jusqu’à dimanche 29 mai pour se rendre dans les jardins de la mairie de Pirae. Des formations qui peuvent également être dispensées en dehors de cet événement.

En 2021, plus de 200 personnes ont tenté de mettre fin à leur jour en Polynésie.

Si vous ou quelqu’un de votre entourage avez besoin d’aide, contactez le 444 767.
Plus d’informations sur le site internet de l’association SOS Suicide Polynésie, en cliquant ICI