jeudi 4 juin 2020
A VOIR

|

Développer les métiers du numérique, l’ambition des entreprises du Tech Day

Publié le

Publié le 16/11/2017 à 15:20 - Mise à jour le 16/11/2017 à 15:20
Lecture 2 minutes

Le Tech day existe depuis 7 ans en métropole et 3 ans en Nouvelle-Calédonie. Au fenua, la première édition a eu lieu jeudi à Papenoo.
L’événement a réuni les acteurs des télécommunications et réseaux de données autour du thème « loT et Très haut débit ». But de l’événement : débattre autour de tables rondes sur le développement du numérique au fenua. 

Le Tech day est un « événement qui se regroupe autour de deux conférences qui parlent des formations et métiers du numérique de demain et une table ronde sur les infrastructures », explique Thierry Trouillet, directeur général de la TEP, coorganisateur de l’événement. 
 
Pour développer le numérique, les entreprises et notamment la TEP ont besoin de personnel qualifié. « Tout le monde est étonné de nous voir dans les télécoms, mais la TEP depuis ses débuts, utilise des réseaux de télécommunications pour piloter ses ouvrages. Nous avons plus de 250 kilomètres de réseau sous-terrain sur l’île de Tahiti et plus de 24 postes disséminés sur l’île de Tahiti et aucune personne à ces postes. Il nous faut des réseaux de télécommunication pour pouvoir les surveiller, les piloter et les commander à distance. Jusqu’à il y a 10 ans ont avait des réseaux en cuivre et depuis ces 10 dernières années, la TEP a développé un réseau de fibre optique qui aujourd’hui fait tout le tour de l’île. Et donc on a besoin de monter en compétence tous nos personnels et nos prestataires »
Les premières formations pourraient débuter l’année prochaine. 
 
La TEP, AXIANS, l’Académie Des Télécoms® , de la Compagnie des Télécoms et Réseaux, le service de l’informatique de la Polynésie-Française, Adista, l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information et de la direction Général de l’Economie Numérique sont intervenus pendant les tables rondes.
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Le « avaro », le gâteau au coco du dimanche à...

Direction l'archipel des Tuamotu, à Anaa, afin de découvrir les secrets de préparation du gâteau au coco très prisé des habitants, le "avaro". Ce mets local est dégusté tous les dimanches après le culte.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV