mardi 28 septembre 2021
A VOIR

|

Deux polynésiens au concours “meilleurs apprentis de France”

Publié le

Chaque année, de nombreux candidats tentent leur chance au concours de « Meilleurs Apprentis de France ». Cette année, deux élèves du Lycée professionnel d’Uturoa à Raiatea ont décidé d’y participer. Ils se présentent dans la catégorie « menuiserie ». Une grande première pour la Polynésie.

Publié le 21/03/2021 à 13:46 - Mise à jour le 22/03/2021 à 4:50
Lecture 2 minutes

Chaque année, de nombreux candidats tentent leur chance au concours de « Meilleurs Apprentis de France ». Cette année, deux élèves du Lycée professionnel d’Uturoa à Raiatea ont décidé d’y participer. Ils se présentent dans la catégorie « menuiserie ». Une grande première pour la Polynésie.

Junior Teahamai et Killian Gallet sont actuellement en formation BAC PRO Technicien menuisier agenceur au Lycée Professionnel d’Uturoa. Tous deux se sont lancés le défi de participer au concours « meilleurs apprentis de France ». Mais pour cela, ils doivent réaliser une pièce imposée par les meilleurs ouvriers de France. Il s’agit d’un porte manteau mural.

C’est une pièce complexe, où les élèves doivent faire face à plusieurs difficultés, à savoir : les assemblages traditionnels, tels que les tenons mortaise, des coupes d’onglet, un grand cadre, un chevillage à tir… Donc là, ils vont au-delà de plusieurs difficultés ce qui leur permet d’asseoir leur compétence professionnelle”, a expliqué Olivier Tachin, leur professeur.

Chaque ouvrage sera examiné par un jury national, pour savoir si oui ou non, les candidats peuvent accéder à l’étape suivante. La première de niveau régionale, puis départementale et enfin nationale. Tous deux le savent, ils doivent se surpasser pour décrocher la plus haute distinction dans ce concours.

crédit photo : Tahiti Nui Télévision

Il faut vraiment être appliqué, après il faut avoir de l’engagement. Il faut vouloir travailler. Parce que si tu veux pas, tu ne vas pas réussir. Il faut vraiment être motivé, mais surtout appliqué. Là, il faut mettre de la perfection dans le travail”, a confié Killian.

La seule liberté dans ce concours est le choix des essences de bois. Les jeunes ont choisi de travailler le bois d’acajou local et le pinus.

Après plus de 120 heures de travail, Junior a presque fini sa pièce. Il reste confiant quant à l’issue de la première évaluation. “Croisons les doigts ! Moi, je croise les doigts pour que tous les deux nous réussissions. Et je n’ai aucun doute là-dessus. C’est jusqu’au bout”.

Sur l’ensemble du territoire national, plus de 6000 candidats s’inscrivent au concours du meilleur apprenti chaque année dans plus de 90 métiers. Un tremplin vers des perspectives d’avenir valorisantes et économiquement viables et un passeport certain pour l’emploi.

Rédigé par

infos coronavirus