lundi 26 octobre 2020
A VOIR

|

Deux applications informatiques sur la gestion foncière du Pays en projet

Publié le

NUMÉRIQUE - Deux projets ont été présentés au Conseil des ministres aujourd'hui : la réalisation d’une nouvelle application nommée "Natira’a" qui sera consacrée à la gestion du domaine immobilier de la Polynésie française, et l’amélioration de l’application OTIA pour la consultation du cadastre.

Publié le 07/05/2019 à 15:10 - Mise à jour le 19/06/2019 à 13:43
Lecture 2 minutes

NUMÉRIQUE - Deux projets ont été présentés au Conseil des ministres aujourd'hui : la réalisation d’une nouvelle application nommée "Natira’a" qui sera consacrée à la gestion du domaine immobilier de la Polynésie française, et l’amélioration de l’application OTIA pour la consultation du cadastre.

L’application Natira’a sera basée sur un système de gestion d’information géographique (SIG), à l’instar d’OTIA qui existe déjà, et donnera une vision claire du patrimoine occupé et disponible par commune et par île. Elle intégrera également les projets d’aménagements du gouvernement afin que tous les services gestionnaires (Equipement, Aviation civile, ressources marines, etc) puissent prendre en compte et utiliser cet outil comme seul outil d’échange d’information et de gestion du domaine public.

En fonction de la nature des dossiers, l’application devra orienter le demandeur vers le gestionnaire approprié, plusieurs services, en fonction de leurs compétences, ayant en charge la gestion d’une partie du domaine (ex : le domaine fluvial géré par la Direction de l’équipement, le domaine aéroportuaire par la direction de l’aviation civile, les sites touristiques par le service du tourisme). L’objectif étant de simplifier les démarches administratives.

L’application OTIA sera elle améliorée afin de garantir sa pérennité et l’efficacité de son système. Une mise à jour de son socle technique et applicatif de l’architecture informatique sera prévue. De même que l’application pourra être utilisée sur les terminaux mobiles et les tablettes tactiles afin de répondre à la croissance et au développement important de l’usage de ces terminaux mobiles. Une refonte des fonctionnalités liées à la gestion des copropriétés sera aussi prévue. En effet, la nouvelle version d’OTIA permettra de gérer plus finement les opérations relatives aux copropriétés (création, modification et consultation du détail des copropriétés, mutation et rectification des lots, éditions des fiches de mutation).

Enfin, de nouvelles fonctionnalités seront intégrées, notamment celles relatives à la gestion informatisée des routes communales, territoriales ou privées et permettront de disposer d’une délimitation précise des différentes emprises routières et de fiches d’informations détaillées pour chaque tronçon routier.

Les autres sujets dans le compte-rendu du conseil des ministres :

  • Conférence économique de juin 2019 : rencontre avec les acteurs économiques du Pays
  • Construction d’une aire de jeux et création d’espace de loisir et de jardins partagés pour la résidence « Hauts de Teroma »
  • Révision du PGA de la commune de Papara
  • Fréquentation touristique : hausse de plus de 7% au mois de mars
  • Tourisme : subventions à des associations pour l’organisation de grands événements
  • Stratégie de la formation professionnelle continue 2019-2023
  • 25ème Heiva des écoles de danse et de musiques traditionnelles
  • Bilan des Journées polynésiennes du handicap
  • Présentation du Plan de santé mentale 2019-2023
  • Subventions à des associations de jeunesse

infos coronavirus

La pollution atmosphérique pourrait augmenter la mortalité par Covid-19 de 15%

Une exposition à long terme à la pollution de l'air ambiant pourrait entraîner un risque accru de mourir du Covid-19, d'environ 15% en moyenne dans le monde, selon une étude internationale publiée mardi.

Covid-19 : Les communes des îles du Vent, relais de lutte face à l’épidémie

Ce matin, à la présidence, les représentants communaux étaient conviés à participer à un séminaire d’information. Les échanges ont porté sur le contexte sanitaire actuel et les outils disponibles pour les élus.