vendredi 7 mai 2021
A VOIR

|

Des oranges à faire pâlir le soleil

Publié le

Publié le 22/06/2018 à 12:42 - Mise à jour le 22/06/2018 à 12:42
Lecture 3 minutes

Si cette année la récolte a été moins bonne, explication avancée, « à cause des intempéries », certains en ont tout de même récolté plus de 50 kilos. Charge descendue à dos d’homme sur plus de 20km de sentiers sinueux et extrêmement pentus où la moindre chute peut s’avérer fatale.

Mais peu importe si la récolte n’a pas été abondante, car ce que veulent voir avant tout les spectateurs, ce sont les hommes. Les aito, qui ont bravé les pentes glissantes du plateau, situé à 600 m d’altitude,  pour cueillir ces fruits, hors de portée du premier venu.

Smartphone à la main, touristes et gens du cru se massent autour des hommes qui, pour l’occasion, arborent la tenue traditionnelle du cueilleur. Paréo autour de la taille et tête ceint de couronne tressée, ils posent fièrement sans bouder leur plaisir face aux objectifs, leur précieuse marchandise sur l’épaule.

Si les anciens sont bien représentés, toujours bon pied bon œil, les jeunes sont là pour perpétuer la tradition. Ce que confirment Aroarii Teremate et Moehau Nauta..« Nos papas et nos grand-pères montent au plateau depuis leur plus jeune âge, et pour continuer la tradition nous prenons la relève ».

Si pour l’un, c’était sa première expédition, pour l’autre, c’est depuis l’age de six ans qu’il participe à la cueillette. « Je commence à bien connaître la vallée et chaque année, j’ai hâte d’y retourner. »

Cette manifestation, devenue traditionnelle au fil des années, s’est tenue pour la première fois au parc Vairai. Endroit on ne peut plus bucolique pour célébrer les oranges sauvages de la Punaruu.

Et c’est sous un soleil de plomb magnifiant les oranges et les tenues des cueilleurs, que le défilé a commencé sous une bise bienvenue de l’océan.
 
 

P.Bastianaggi

infos coronavirus