vendredi 4 décembre 2020
A VOIR

|

Des noix de coco pas comme les autres

Publié le

Aux Tuamotu, les cocoteraies occupent la quasi totalité des terres immergées. Dès cocotiers comme on en trouve partout en Polynésie. Cependant, un atoll, Marutea nord, semble faire exception. En effet, sur un petit îlot au secteur, la noix de coco présente certaines particularités...

Publié le 02/02/2020 à 10:37 - Mise à jour le 02/02/2020 à 10:37
Lecture 2 minutes

Aux Tuamotu, les cocoteraies occupent la quasi totalité des terres immergées. Dès cocotiers comme on en trouve partout en Polynésie. Cependant, un atoll, Marutea nord, semble faire exception. En effet, sur un petit îlot au secteur, la noix de coco présente certaines particularités...

Le magnifique atoll de Marutea est à 40 kilomètres de Makemo, un des grands centres des Tuamotu. Et dans la zone, au secteur, on trouve un coco particulier. Les spécialistes seront surpris au premier coup d’œil en voyant quatre rainures au lieu de trois sur la bourre de coco. Mais c’est au moment où la noix est dévoilée que la différence devient évidente…

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Les habitués de cet atoll inhabité la plupart de l’année nous racontent que cette variété de coco existe depuis toujours dans cette zone. Et qu’à cause des cyclones et des tempêtes, on peut en trouver dans les atolls des alentours aujourd’hui.

Dans les Tuamotu, c’est un homme-poisson à quatre yeux qui vivrait sous ce corail de Marutea qui aurait créé le coco à son image. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Selon les anciens, ce coco se nomme « mahamata » et aurait été créé dans la mythologie paumotu par un demi-dieu à quatre yeux : Marere Ariki. Alors que dans les légendes à Tahiti et dans toutes les îles de la Société, on fait plutôt référence à une anguille géante.

infos coronavirus

Covid-19 : le service de réanimation du CHPF soutenu par la réserve sanitaire

Depuis le début de la crise, des réservistes sanitaires de métropole effectuent des missions pour renforcer et soulager les équipes de soignants. 12 d’entre eux, spécialisés en réanimation sont arrivés sur le territoire jeudi dernier. Ils travaillent 24 heures sur 24 heure aux côtés des équipes du CHPF. Une mission sur la base du volontariat.