jeudi 9 juillet 2020
A VOIR

|

Des habitants de Hitia’a o te Ra initiés aux métiers du secteur primaire

Publié le

L'association Te Hotu Nui a entamé ce mercredi une session d'initiation aux métiers de l'apiculture et de la permaculture, à destination des administrés de Hitia'a o te Ra. L'objectif est de pouvoir proposer, par la suite, une formation plus approfondie aux personnes les plus motivées.

Publié le 27/05/2020 à 16:09 - Mise à jour le 27/05/2020 à 16:33
Lecture 2 minutes

L'association Te Hotu Nui a entamé ce mercredi une session d'initiation aux métiers de l'apiculture et de la permaculture, à destination des administrés de Hitia'a o te Ra. L'objectif est de pouvoir proposer, par la suite, une formation plus approfondie aux personnes les plus motivées.

L’association Te Hotu Nui no Tiarei a bien entendu l’appel du Pays à consommer local. C’est à cette fin qu’elle a entamé ce mercredi une session d’initiation aux métiers du secteur primaire, à l’attention des administrés de Hitia’a o te Ra.

Au programme : une initiation à l’apiculture, à la permaculture mais aussi à l’aspect financier de ces activités, avec des intervenants bénévoles.

« Pour consommer local, il faut planter. Et pour planter, il faut avoir un terrain et monter une entreprise, indique Kavera Tutehau, à l’origine du projet. Il y a tout un cheminement pour être indépendant par rapport à la consommation locale. »

L’objectif de l’association est de pouvoir repérer, avec cette initiation, les plus intéressés afin de leur proposer, par la suite, une formation plus approfondie. Et pour cela, elle envisage de demander l’aide du Pays afin de bénéficier d’un terrain où planter les fruits, tubercules et légumes ; mais aussi de contrats CAE pour les stagiaires, afin qu’ils puissent être rémunérés le temps que les produits poussent.

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Parmi les participants du jours, certains montraient déjà leur grand intérêt, comme Olivier, pour qui « c’est une aubaine de bénéficier de cette formation ». « J’ai toujours voulu me lancer dans l’apiculture, donc aujourd’hui c’est un début pour moi. On a appris comment les abeilles travaillent, comment elles s’organisent. Il y en a qui s’enrichissent dans le monde avec le miel, pourquoi pas nous ? Même si c’est sûr que ça ne va pas venir du jour au lendemain… »

Landry aussi était content d’être là. Lui, c’est plutôt la permaculture qui l’intéresse. « Je plante déjà des légumes chez moi, pour notre consommation personnelle, mais j’ai encore des choses à apprendre pour en faire mon métier. »

Une trentaine d’habitants de Mahaena y ont participé ce mercredi. Demain jeudi, ce sera au tour de Hitia’a. Vendredi et samedi seront consacrés à Tiarei. Puis l’initiation reprendra lundi et mardi pour les habitants de Papenoo.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV