lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Des cravates en nacre made in Gambier

Publié le

Les perles et la nacre sont la principale ressource de l’île de Rikirea. Des ressources utilisées par un couple de graveurs pour créer des cravates et décorations offertes aux officiels aujourd’hui…

Publié le 30/07/2019 à 10:38 - Mise à jour le 30/07/2019 à 17:50
Lecture 2 minutes

Les perles et la nacre sont la principale ressource de l’île de Rikirea. Des ressources utilisées par un couple de graveurs pour créer des cravates et décorations offertes aux officiels aujourd’hui…

Emmanuelle et Stéphane Paeamara ont lancé leur propre société de gravure sur nacre il y a quelques mois. « On parle beaucoup des perles. Mais qu’est-ce qu’on fait des coquilles ? Parce que la perle est dans une coquille de nacre. J’ai voulu donc promouvoir cette coquille de nacre en la travaillant afin de montrer sa richesse » explique Emmanuelle, bijoutière.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Aujourd’hui, le couple emploie deux jeunes femmes (une étudiante et une Mangarévienne qui vient de terminer ses études) pour les assister. À l’occasion du 30e congrès des communes, Rikitea leur a confié la fabrication de deux cadeaux remis aux personnalités présentes : « Nous avons créé des cravates, avec des perles au lieu de mettre des cordes et tout… On a voulu innover, donc on s’est dit : pourquoi pas avec des perles et des intercalaires en nacre, et avec un coquillage qui s’appelle le Sept-doigts ».

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Par ailleurs, le collège Saint Michel de Rikitea ouvrira, à la rentrée,une nouvelle filère BPMA (Brevet Polynésien des Métiers d’Art) section gravure sur nacres. Une formation diplômante sur 2 ans.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.