mercredi 12 mai 2021
A VOIR

|

Des bénévoles se mobilisent contre l’ice

Publié le

Si le pays lutte depuis plusieurs années contre la montée en puissance de l’ice, des bénévoles ont eux aussi décidés d’agir. À l’exemple de Hiti Mennesson. Le jeune homme à l’origine de la page Facebook « Luttons contre l’ice » a aujourd’hui monté une association. Mais force et de constater que le combat est laborieux.

Publié le 09/10/2020 à 16:35 - Mise à jour le 09/10/2020 à 16:36
Lecture 2 minutes

Si le pays lutte depuis plusieurs années contre la montée en puissance de l’ice, des bénévoles ont eux aussi décidés d’agir. À l’exemple de Hiti Mennesson. Le jeune homme à l’origine de la page Facebook « Luttons contre l’ice » a aujourd’hui monté une association. Mais force et de constater que le combat est laborieux.

« Autour des lycées autour des collèges, les mecs viennent et là c’est banal. Un adolescent va en soirée aujourd’hui, c’est banal pour lui de trouver de l’ice. C’est comme s’il y avait de la cigarette en soirée quoi. » C’est ainsi que Hiti Mennesson présente la situation au fenua.

L’ice se trouve partout et à la portée de tous. Fumer de l’ice est aujourd’hui devenu un acte de consommation banal au fenua notamment chez les jeunes. Une situation alarmante qui a fait réagir le jeune homme à l’origine du groupe Facebook « Luttons contre l’ice ». Depuis sa création fin 2019, le groupe a permis de libérer la parole : « certaines personnes m’écrivent pour me dire que suite au témoignage qu’ils ont fait, ça a permis de régler leurs soucis avec leur famille, leur mari, leurs enfants. Ils essaient de s’en sortir. C’est toujours difficile. J’essaie de les ramener vers des personnes compétentes, des docteurs par exemple. »

Aujourd’hui, « Luttons contre l’ice est devenu » une association ! A ses côtés, Hiti Mennesson a rallié d’autres bénévoles comme Tautiti. Elle a mis son métier de médiatrice au service de la cause en créant des groupes de parole : « c’est un endroit où ils peuvent déverser tout leur stress, et leur souffrance, ce qui fait qu’après ils sont plus apaisés. C’est vrai qu’au bout de quelques séances, d’eux mêmes ils trouvent des solutions. Ça peut être un soutien, ne plus être dans l’isolement, et voir que ça peut toucher tout le monde. »

En 2018, on comptait près de 10 000 consommateurs d’ice en Polynésie. On ne connait pas la part des jeunes dans cette estimation mais une chose est sûre, les victimes sont de plus en plus nombreuses. « Il y a énormément de jeunes qui tombent là-dedans et c’est l’avenir de notre pays donc je pense qu’il faudrait mettre plus de moyens. Il faudrait aller à 100%« , estime Hiti.

Si vous souhaitez vous investir dans cette cause, l’association de Hiti Mennesson recherche des bénévoles. Vous pouvez le contacter directement via Facebook.

infos coronavirus