dimanche 18 avril 2021
A VOIR

|

Des ateliers bien-être pour panser les plaies du cancer

Publié le

Treize femmes qui luttent contre le cancer du sein ont répondu à l’appel de l’association Amazones Pacific, pour participer à une matinée beauté et bien-être, organisée à la Punaruu.

Publié le 01/03/2020 à 16:37 - Mise à jour le 01/03/2020 à 16:37
Lecture 2 minutes

Treize femmes qui luttent contre le cancer du sein ont répondu à l’appel de l’association Amazones Pacific, pour participer à une matinée beauté et bien-être, organisée à la Punaruu.

En partenariat avec le comité Miss Tahiti, et un grossiste en médicaments, ces Amazones se retrouvent tous les trimestres pour échanger, mais aussi bénéficier de conseil beauté afin d’oublier un temps la maladie.

« L’association a été créée pour combler le vide. Cela veut dire qu’avant, après les traitements, il n’y avait rien. Maintenant, après les traitements, on est là. On se réunit une fois par mois, on échange, on papote, on rigole beaucoup… Et depuis le 1er janvier, on a lancé ce qu’on appelle ‘les soins de support’, c’est-à-dire tout ce qui peut amener du bien-être à l’Amazone en dehors de l’hôpital. L’OMS a fait des tas d’études qui prouvent que ces soins de support, ce qu’on peut apporter à la femme, diminuent le risque de récidive. Cela existe déjà beaucoup en France et dans d’autres pays, et c’est nouveau en Polynésie. Notre priorité, c’est que ces femmes se sentent bien et qu’elles puissent retrouver leur vie telle qu’elle est » explique Anne Haiti Perrault, Présidente d’Amazones Pacific.

Tous les ans, 600 nouveaux cas de cas de cancer sont diagnostiqués, dont une majorité de cancers du sein.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.