vendredi 16 avril 2021
A VOIR

|

Dépression : « pas d’impact direct » sur la Polynésie « pour les 5 prochains jours »

Publié le

Publié le 23/11/2015 à 14:24 - Mise à jour le 23/11/2015 à 14:24
Lecture < 1 min.

Lundi, Météo France annonçait dans un communiqué qu’un « minimum dépressionnaire a pris naissance » au nord de Fidji, à 3200 kilomètres de Tahiti. Selon les prévisionnistes, la probabilité que ce système évolue en « dépression tropicale forte ou Cyclone dans les prochaines 24 à 48 heures est faible ».  

« C’est le premier événement qui est à surveiller par rapport à la saison cyclonique, par rapport à la saison chaude de cette année », a déclaré Victoire Laurent,  responsable du bureau étude et service climatologie chez Météo France. La Polynésie n’est pour l’instant pas menacée par ce minimum dépressionnaire. « Pour les 5 prochains jours, pour l’instant il n’y a pas d’impact direct qui est annoncé pour la Polynésie française », a assuré Victoire Laurent. 

Cependant, Météo France reste vigilante. « Il faut savoir qu’aujourd’hui, tous les ingrédients, le potentiel énergétique, tout est là pour que ce soit un système à surveiller de très près. C’est un système dont l’évolution va beaucoup nous intéresser dans les jours à venir et savoir si ce système-là peut migrer la Polynésie française, ou au moins aux frontières de la Polynésie française », a expliqué la responsable. 

En septembre dernier, Météo France annonçait un risque cyclonique de 90%  pour la Polynésie française. La population est invitée à prendre des précautions,  sécuriser les habitations et faire des provisions. 
 

Rédaction Web (Interview : Sophie Guébel)

Victoire Laurent, responsable du bureau étude et service climatologie chez Météo France

infos coronavirus

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.