vendredi 30 septembre 2022
A VOIR

|

Dépistage du mélanome : le cancer de la peau dans le viseur

Publié le

L’Institut du cancer de Polynésie, en collaboration avec la Ligue contre le cancer et la Direction de la santé, et avec le concours de dermatologues bénévoles, organise des Journées de prévention et de dépistage du mélanome. Les rendez-vous sont fixés le jeudi 8 septembre à l’hôpital de Taravao et le vendredi 23 septembre à l’hôpital de Moorea.

Publié le 04/09/2022 à 12:19 - Mise à jour le 09/09/2022 à 9:51
Lecture < 1 min.

L’Institut du cancer de Polynésie, en collaboration avec la Ligue contre le cancer et la Direction de la santé, et avec le concours de dermatologues bénévoles, organise des Journées de prévention et de dépistage du mélanome. Les rendez-vous sont fixés le jeudi 8 septembre à l’hôpital de Taravao et le vendredi 23 septembre à l’hôpital de Moorea.


Le docteur Delphine Lutringer, médecin référent de l’Institut du cancer, était l’invitée du journal samedi soir. « Le mélanome est un cancer de la peau, c’est même le cancer le plus grave mais on va le voir avec un dépistage précoce. C’est un cancer qu’on sait très bien guérir » a expliqué la professionnelle de santé, « Il concerne tout le monde même s’il y a des facteurs de risque. Il se développe sur une peau saine mais peut aussi se développer à partir d’un grain de beauté. »

L’exposition de la peau au soleil est la cause du mélanome. « Il faut avant toute chose apprendre aux gens, en particulier aux enfants à se protéger du soleil en évitant par exemple des moments où le soleil est très haut entre 11h et 15h » a encore indiqué Delphine Lutringer, avant d’inviter à se protéger essentiellement avec des vêtements, des casquettes, et puis à défaut avec de la crème solaire.

Si le mélanome est détecté tôt, le traitement est très simple. Les dermatologues bénévoles vont examiner les patients « de la tête aux pieds ».


Si jamais une suspicion apparaît, les personnes repartiront avec un rendez-vous, pour éventuellement enlever la lésion et vérifier s’il s’agissait bien d’un mélanome ou non.

« Il est très important de surveiller sa peau, notamment lorsque l’on voit des lésions qui évoluent » a insisté la médecin référent de l’Institut du cancer. « Dans le mélanome, il y a un petit procédé mnémotechnique qu’on appelle ABCD : l’asymétrie, les bords irréguliers, les couleurs notamment les lésions qui présentent une multitude de couleurs et enfin lorsqu’il grossit. Le premier traitement, c’est la chirurgie. Sur un mélanome qui a évolué, il y a une multitude de traitements qui sont disponibles en Polynésie. »

infos coronavirus