samedi 18 septembre 2021
A VOIR

|

Départ en formation des futurs surveillants de la prison de Papeari

Publié le

Publié le 23/02/2016 à 16:06 - Mise à jour le 23/02/2016 à 16:06
Lecture 2 minutes

À 5h ce mercredi matin, Vatea, l’un des futurs élèves, est arrivé à l’Aéroport de Faa’a, déterminé. Pour ce pêcheur de la presqu’île, qui a perdu l’usage d’un œil, réussir le concours de surveillants pénitentiaires, c’était presque inespéré.
Le père de famille a tout de même le cœur serré. Il laisse derrière lui, sa plus jeune fille, Heitea qui confie : “Mon papa il part et c’est très triste. … Je parlerai avec mon papa sur internet.”

“Ça va vite passer”… cette phrase rassurante était sur toutes les lèvres ce matin. Familles et amis n’auraient manqué ce grand départ pour rien au monde.
Parmi ces futurs surveillants pénitentiaires, partaient également ce mercredi matin quelques personnalités du fenua.
Raimana Li Fung Kuee , élève surveillant pénitentiaire et footballeur des “Tiki Toa” indique : “On va dire que je mets en standby, juste pour le moment, pendant 8 mois, pour me consacrer à ma carrière professionnelle. Ensuite je reviendrai à fond dans le sport. Surtout que j’ai une coupe du monde qui commence l’année prochaine en 2017…” 

Tamatoa Kautai, élève surveillant pénitentiaire, chanteur de “Milky Way” confie : “j’étais musicien avant de partir aujourd’hui. L’avenir quand tu es artiste ici,  ça se résume à demain… C’est vrai qu’avec ce boulot-là tu peux faire des projets sur le long terme”.

À l’heure de l’embarquement, une dernière petite tape dans le dos, un câlin, ou un baiser… difficile de quitter les siens.
Vendredi, plus de 100 autres candidats reçus au concours de surveillant pénitentiaire quitteront à leur tour le fenua. La formation de ces Polynésiens commence dès lundi à l’École Nationale d’Administration Pénitentiaire, dans le sud-ouest de la France.
 

Rédaction web ( Reportage de Maite Mai)

Interview de Raimana Li Fung Kuee et Tamatoa Kautai

Vatea Hitimaue, élève surveillant pénitentiaire

Angélo ZARLY, surveillant au centre pénitentiaire de Faa’a Nuutania

Rédigé par

infos coronavirus