lundi 28 septembre 2020
A VOIR

|

Délinquance : un voyage en mer pour retrouver le droit chemin

Publié le

Six mineurs suivis par la protection judiciaire de la jeunesse, après avoir eu des démêlés avec la justice, ont bénéficié d’un programme de rupture et d’initiation aux métiers de la mer. Un voyage de 10 jours à travers les îles comme Makatea ou encore Tetiaroa, afin qu'ils se coupent de leur environnement néfaste. L’objectif du dispositif : offrir à ces jeunes un cadre propice à leur insertion sociale et professionnelle.

Publié le 28/12/2019 à 14:56 - Mise à jour le 30/12/2019 à 14:07
Lecture 2 minutes

Six mineurs suivis par la protection judiciaire de la jeunesse, après avoir eu des démêlés avec la justice, ont bénéficié d’un programme de rupture et d’initiation aux métiers de la mer. Un voyage de 10 jours à travers les îles comme Makatea ou encore Tetiaroa, afin qu'ils se coupent de leur environnement néfaste. L’objectif du dispositif : offrir à ces jeunes un cadre propice à leur insertion sociale et professionnelle.

Accompagnés de deux éducateurs, ces six adolescents embarquent pour la première fois sur un catamaran. Rapidement, ils prennent leurs marques dans ce qui sera leur cadre de vie pour une dizaine de jours.

L’occasion également pour l’un d’entre eux, bachelier en maintenance nautique, de s’initier à la vie sur un bateau. « C’est la première fois, confie-t-il. C’est une belle expérience je pense. Ça pourrait être nous servir plus tard, découvrir de nouvelles choses. »

Plus qu’un voyage à travers les îles, ce programme se veut avant tout formateur. Au menu de ces 10 jours, une formation au métier de skipper. Mais surtout, ces jeunes devront apprendre la vie en communauté.

« Ils vont faire des quarts de nuit à deux, ils vont envoyer les voiles, ils vont voir comment on met l’ancre, détaille Bruce Andrieux, président de Poe Charter Tahiti. Ils vont devoir participer à la préparation de leur repas et du repas pour tout l’équipage, les tâches ménagères aussi, la vaisselle, etc. C’est la solidarité, c’est la communauté, c’est le travail en équipe pour arriver à un objectif commun. »

La protection judiciaire de la jeunesse propose depuis 2018 ces séjours de rupture et de remobilisation. L’objectif : que ces jeunes rompent avec les difficultés rencontrées au quotidien, comme la violence ou encore la consommation de stupéfiants.

« C’est de leur montrer que la Polynésie est belle, poursuit Bruce Andrieux, qu’il y a plein d’endroits qui sont accueillants, qu’on peut faire de belles choses ensemble sur un bateau, en équipe. »

Le retour au quai de Papeete était très attendu. Les visages sont marqués et fatigués. C’est le moment de dresser un bilan de ce séjour en mer.

« On revient fatigués, avec une super expérience de vie qu’on a vécu en groupe, confie Julien Crusson, l’un des deux accompagnateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse. On a pu voir un peu leur capacité à travailler de façon autonome, à respecter les règles, à respecter l’organisation à bord, mais aussi leur capacité à prendre des initiatives : toutes les bases d’une bonne insertion professionnelle. »

« On a fait le tour des Tuamotu, on a été à Tetiaroa, après à Makatea, et le dernier qu’on a fait c’est Tikehau », raconte l’une des adolescentes.

« Au départ quand on est partis, on ne se connaissait pas, maintenant on se connaît bien, c’est comme si je vivais avec une famille, ça m’a fait sortir le meilleur de moi-même », confie à son tour un autre jeune.

Ce voyage aura été l’occasion pour ces deux filles et quatre garçons de tisser des liens forts. Cette expérience pourrait être un nouveau départ pour ces jeunes.

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Nucléaire : Nicole Sanquer demande un programme de recherche...

La députée de Polynésie Nicole Sanquer présente à partir de ce lundi à l’Assemblée nationale un amendement pour la création d’un programme prioritaire de recherche sur les anomalies génétiques qui pourraient avoir été provoquées par l’exposition à la radioactivité des essais nucléaires à Moruroa et Fagataufa.

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la...

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV