lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Délinquance : les violences sexuelles restent le point noir du fenua

Publié le

Publié le 24/01/2019 à 9:07 - Mise à jour le 24/01/2019 à 9:07
Lecture 3 minutes

Le haut-commissariat vient de rendre public les chiffres de la délinquance de l’année 2018 comparés aux cinq dernières années. Ces statistiques viennent confirmer les tendances qui avaient été dévoilées en octobre.

Globalement, la délinquance en Polynésie est contenue à l’exception notable de la délinquance routière et des violences sexuelles.
Sur la délinquance routière, on peut se féliciter de la baisse du nombre d’accidents et de blessés. Malheureusement, le nombre de décès sur les routes est, lui, en très nette augmentation : avec 36 morts en 2018, on atteint un chiffre record que l’on n’avait pas connu ces cinq dernières années. « Nous allons poursuivre une action déterminée et les campagnes de prévention qui ont été mises en place par l’État et le Pays sur l’ensemble du territoire polynésien, déclare René Bidal dans le communiqué qui accompagne les chiffres. À cet égard, je redis combien l’alcool est le premier fléau à combattre ; les usagers de la route doivent changer de comportement ».

L’autre point noir concerne les violences sexuelles, notamment dans le cercle familial. Le nombre de faits augmente pour la deuxième année consécutive et, en cinq années, ces violences ont augmenté de plus de 50%. Bizarrement le Haut-Commissaire ne commente pas ces chiffres préoccupants dans son communiqué.

En revanche René Bidal s’attarde beaucoup sur la lutte contre les stupéfiants et, notamment l’ice, qui a connu une augmentation de 44% : 653 affaires en 2018 contre 452 en 2017.

Concernant les autres chiffres, on a affaire à une délinquance très contenue, comme l’indiquent les tableaux ci-dessous. Et malgré un sentiment d’insécurité ressenti parfois par la population, la Polynésie reste un territoire préservé de nombreux faits divers. Ce que reconnaît René Bidal : « Si (…) le nombre de procédures instruites par la justice a considérablement augmenté, les chiffres consolidés de la délinquance 2018 confirment une stabilisation des faits constatés par les services de Police et de Gendarmerie et ce, sur les cinq dernières années ».

Bertrand Parent

infos coronavirus