lundi 10 août 2020
A VOIR

|

Délinquance en Polynésie : le trafic d’ice à la hausse

Publié le

Le Conseil de prévention de la délinquance en Polynésie 2018-2020, s’est réuni ce matin à la Présidence afin de dresser un bilan à mi-parcours des actions mises en œuvre. Si en terme de violences, atteintes aux personnes et aux biens les chiffres restent stables, le trafic de stupéfiants notamment celui de l'ice est en hausse. Le Pays et l’État ont décidé d’augmenter les moyens d’investigations.

Publié le 19/11/2019 à 17:08 - Mise à jour le 21/11/2019 à 8:39
Lecture 3 minutes

Le Conseil de prévention de la délinquance en Polynésie 2018-2020, s’est réuni ce matin à la Présidence afin de dresser un bilan à mi-parcours des actions mises en œuvre. Si en terme de violences, atteintes aux personnes et aux biens les chiffres restent stables, le trafic de stupéfiants notamment celui de l'ice est en hausse. Le Pays et l’État ont décidé d’augmenter les moyens d’investigations.

Prévenir la délinquance des mineurs, réduire les violences intrafamiliales, agir contre l’insécurité routière ou encore lutter contre les addictions : tels sont les axes prioritaires du plan de prévention de la délinquance en Polynésie pour la période 2018-2020. Depuis la mise en place de ce Conseil territorial en 2016, de nombreuses actions ont été menées et certaines se sont révélées fructueuses. Seule ombre au tableaux, la recrudescence du trafic de stupéfiants qui a augmenté de 44% entre 2017 et 2018.

Le Conseil territorial de la prévention de la délinquance en Polynésie française s’est réuni, ce matin, à la Présidence, co-présidé par le Haut-commissaire de la République , Dominique Sorain, le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch et le Procureur Général, Thomas Pinson. (Crédit photo : Haut-commissariat de la République en Polynésie française)

« En Polynésie française, sur les atteintes aux biens, on est plutôt en dessous de la moyenne nationale. Sur les violences aux personnes, on est à peu près dans la moyenne nationale. (…) Mais par contre, nous avons des préoccupations particulières. Les trafics de drogues, c’est un problème que l’on rencontre au plan national, mais ici, la particularité, c’est le trafic d’ice. Donc il faut trouver des solutions pratiques. En terme de lutte contre la drogue, on a développé, par exemple, l’utilisation des chiens avec un dressage particulier pour trouver de l’ice; Et cela marche plutôt bien » explique Dominique Sorain, Haut-commissaire de la République.

Augmenter l’efficacité des services d’investigation par la formation et l’emploi de chiens anti-drogues, sont des mesures de répression renforcées par des décisions de justice lourdes. « Souvent, on peut avoir entre 7 à 9 années de prison prononcées ici, pour du trafic de stupéfiants. En métropole, ce sont des peines très rares. Mais au-delà des peines d’emprisonnement, ce qui est important, ce sont les peines de confiscation des biens, des voitures, des comptes, des terrains… C’est ça qui fait mal » précise Thomas Pison, procureur général.

Au cours de cette réunion, le Pays a également annoncé la création très prochaine d’une Délégation à la promotion de la jeunesse et à la prévention de la délinquance. Le service sera rattaché à la Présidence dirigé par Teiva Manutahi.

Le diagnostic de la délinquance en Polynésie :

En 2018, la délinquance reste contenue au regard du volume des faits constatés, des très bons taux d’élucidations des forces de l’ordre et d’une réponse pénale adaptée. Néanmoins, l’évolution à long terme des faits constatés, des indicateurs d’activité des forces de l’ordre ou encore la part des mineurs mis en cause, nécessitent une réponse forte, sur le plan répressif mais aussi en matière de prévention des comportements déviants.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Australie : une baleine et son petit au milieu...

https://www.instagram.com/p/CDa5fOPluLQ/?utm_source=ig_web_copy_link La vidéo a été publiée lundi sur le réseau social Instagram et est devenue virale. Son auteur...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV