mardi 24 novembre 2020
A VOIR

|

Déjà plus de 3 000 signatures contre la Route du Sud

Publié le

La Route du Sud refait parler d’elle. Depuis 5 jours, l’association Aupuru ia Papara collecte des signatures devant une grande surface de la commune. La pétition doit servir de support à l’association pour montrer l’opposition populaire au projet.

Publié le 11/11/2020 à 17:28 - Mise à jour le 11/11/2020 à 17:28
Lecture 2 minutes

La Route du Sud refait parler d’elle. Depuis 5 jours, l’association Aupuru ia Papara collecte des signatures devant une grande surface de la commune. La pétition doit servir de support à l’association pour montrer l’opposition populaire au projet.

La pétition a recueilli à ce jour plus de 3 000 signatures, dont un peu plus de 2 000 rien que devant une grande surface. Et en 5 jours, il n’y pas que les anti-Route du Sud qui se sont exprimés. « Cela s’appelle la démocratie. Et je me mets à la place de ces gens qui se lèvent de bonne heure, je les comprends. Sur les 2 060 personnes que j’ai vus ici, il y en a peut-être 5 ou 6 qui sont pour le projet, mais je les comprends et je les félicite de parler, mais en même temps, il faut avoir d’autres alternatives, et on les a. On a des propositions » explique Bernard Roure, président de l’association Aupuru ia Papara.

Lire aussi > À Papara, le projet de Route du Sud inquiète

La grande inquiétude aujourd’hui est que le tracé initial de la route aurait été modifié et obligerait plusieurs familles à quitter leur maison.

Ce nouveau tracé n’existerait pas selon la tavana de Papara. Pour elle, il n’y a actuellement aucun nouveau document sur le projet de route du Sud dont la seule ébauche daterait de 2004.

Lire aussi > La Route du Sud s’invite à nouveau dans l’hémicycle

Le projet de Route du Sud tel qu’il est actuellement menacerait près de 800 familles de Papara d’expropriation. Sonia Punua épouse Taae s’est engagée à consulter sa population dès que le projet sera de nouveau évoqué par le gouvernement.

La municipalité de Paea a déjà manifesté son opposition au projet.

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.