samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

« Dégradés » d’un an : les étudiants de BTS sont en colère

Publié le

Publié le 28/08/2014 à 16:25 - Mise à jour le 28/08/2014 à 16:25
Lecture < 1 min.

Les étudiants en BTS économie gestion n’auraient pas le niveau pour entrer en troisième année de licence à l’université de Polynésie Française. Depuis hier, ils sont une trentaine à se voir refuser l’accès aux cours magistraux. La direction de l’établissement les encourage à s’inscrire en deuxième année pour compléter leur formation avant d’entamer la dernière année de licence dans les meilleures conditions.
En cause : plus de 70% de taux d’échec au premier semestre l’an dernier. Il n’en fallait pas plus à la direction de l’université pour revoir les conditions d’admission des élèves de BTS en 3ème année de licence économie gestion. Selon la commission de validation des études d’économie et de gestion, il manquerait à ces étudiants certaines connaissances nécessaires pour entamer une bonne année universitaire et de surcroît en 3ème année de licence.
La nouvelle réforme prévoit cette disposition pour les BTS depuis le mois de février. Mais beaucoup d’étudiants ne l’ont appris que cette semaine à la rentrée. Ils sont une trentaine à contester cette réforme.
Toujours selon cette commission, ces étudiants n’ont plus le choix. Ils doivent s’inscrire en deuxième année de licence ou s’orienter vers une licence professionnelle. Les inscriptions seront exceptionnellement ouvertes à ces élèves le 3 septembre.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.