samedi 8 août 2020
A VOIR

|

Déficit pluvieux : quelles conséquences ?

Publié le

Météo France a enregistré un déficit pluviométrique sur une grande partie de la Polynésie en Juillet, et le mois d’Août s’est inscrit dans cette continuité. Rien d’anormal pour une saison sèche. Mais dans le secteur agricole ou celui de l’Energie hydroélectrique, on constate plutôt un décalage de l’hiver austral. Ce qui nécessite d’être plus flexible.

Publié le 09/09/2019 à 16:41 - Mise à jour le 10/09/2019 à 14:13
Lecture 2 minutes

Météo France a enregistré un déficit pluviométrique sur une grande partie de la Polynésie en Juillet, et le mois d’Août s’est inscrit dans cette continuité. Rien d’anormal pour une saison sèche. Mais dans le secteur agricole ou celui de l’Energie hydroélectrique, on constate plutôt un décalage de l’hiver austral. Ce qui nécessite d’être plus flexible.

Les fruits et les légumes abondent les étals. Ce n’était pas le cas ces deux derniers mois. La saison fraîche s’est révélée un peu imprévisible, surtout au niveau des précipitations. Alors qu’il a plu en juin et juillet, le mois d’aout a été particulièrement sec. « Là avec la sécheresse, les produits avaient du mal à arriver à maturité », nous dit un agriculteur.

Pour mieux prévoir la pluie et le beau temps depuis les champs, la chambre de l’agriculture souhaite s’équiper avec 5 stations météorologiques. Elles permettront de recueillir des données essentielles : humidité, température ou encore luminosité. « C’est vraiment pour les agriculteurs, pour pouvoir réagir s’il y a une sécheresse, tout de suite le lendemain ils savent qu’il faut arroser, même le jour même. Egalement, réagir s’il y a trop d’eau, arriver à prendre les mesures prophylactiques, donc de prévention, pour éviter la propagation de maladies », explique Marc Fabresse, référent technique à la chambre de l’agriculture et de la pêche lagonaire.

En août, il est tombé à Tubuai, 77 Litres/m² soit un déficit de 39% par rapport à la moyenne. A Rikitea, Météo France a mesuré à peine plus de 23 Litres/m² en 1 mois au lieu des 160.3 habituels. A Hiva Oa, , 91 Litres/m² contre 138 d’habitude.
Même constat à Tahiti. La Presqu’île, les côtes Est et Sud ont été les plus arrosées, tout en restant inférieures aux normales d’environ 150 l/m2.  

Pour autant, cette baisse des précipitations n’a pas trop impacté notre production hydroélectrique qui varie entre 15 et 25% de la puissance instantanée de l’île contre 35 à 50% en saison humide.

Face au caprice du climat , de plus en plus imprévisible : EDT Engie s’adapte. La saison sèche permet habituellement d’assurer la maintenance des équipements. Mais selon les intempéries parfois très localisées , il faut jongler entre l’hydroélectrique et le thermique : « A la centrale de la Punaruu des fois ils ont des maintenances à faire. On leur dit non on ne peut pas il n’y a pas d’eau. A l’inverse, on leur dit allez-y, vous pouvez y aller parce que nous on est à fond donc du coup pas de maintenance parce que on turbine », nous dit Sébastien Darnon, responsable de l’exploitation hydroélectrique à Marama nui.

L’eau est une ressource précieuse et le changement climatique nous impose de revoir nos modèles de production et de consommation.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV