lundi 6 juillet 2020
A VOIR

|

Déconfinement : quel avenir pour les SDF ?

Publié le

Que vont devenir les sans domicile fixe maintenant que le déconfinement général a été annoncé ? Pendant toute la période de confinement, ces sans-abri ont été pris en charge et placés dans des structures d’accueil. Après ces 2 mois qui ont permis à beaucoup d’entre eux de se remettre en question, ils n’ont plus envie de retrouver la rue.

Publié le 21/05/2020 à 10:02 - Mise à jour le 22/05/2020 à 11:06
Lecture 2 minutes

Que vont devenir les sans domicile fixe maintenant que le déconfinement général a été annoncé ? Pendant toute la période de confinement, ces sans-abri ont été pris en charge et placés dans des structures d’accueil. Après ces 2 mois qui ont permis à beaucoup d’entre eux de se remettre en question, ils n’ont plus envie de retrouver la rue.

Si pour beaucoup le confinement aura été synonyme de contraintes et privations, il y en a pour qui ces derniers mois auront été bénéfiques. Ateliers de couture, préparation aux examens ou encore tâches ménagères, grâce au vivre ensemble, des sans domicile fixe habituellement livrés à eux-mêmes reprennent espoir pour leur vie future.

« Là je suis au MFR de Papara, je suis en CAP, confie un jeune. Après mon CAP, je vais aller à Opunohu, de Opunohu, je veux aussi avoir mon bac pro pour trouver du travail. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« On touche moins à la drogue et à la cigarette, assure Tepua. C’est parce qu’on fait des choses, on s’occupe. Mais si on ne s’occupe pas, on va sur la drogue et la cigarette, il n’y a pas de secret. Il y a aussi l’alcool et les vols, c’est parce qu’on n’a rien à faire. Là on s’occupe et on ne fait plus ça. Et on aimerait bien que ça dure. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Alors qu’ils étaient 200 à être pris en charge au début du confinement, ils ne sont plus qu’une soixantaine actuellement. Mais voilà, à Tipaerui ou au centre-ville, ces structures devront retrouver leur utilité première. A la salle omnisports Maco Nena, ils sont plus de 60 SDF à attendre un logement ou encore une perspective de carrière. Pas question pour la ministre des Solidarités de les voir repartir dans la rue.

« Ceux qui sont atteints de maladies psychiatriques vont être transférés dans des salles de l’Eglise protestante au Tombeau du Roi de Arue, informe Isabelle Sachet. Ensuite, tous ceux et celles qui sont prêts à être réinsérés dans un travail, ceux qui ont déjà un emploi, sont déjà logés actuellement à l’auberge de jeunesse qui est située sur Papeete. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Bien évidemment, ces mesures alternatives ne vont pas faire disparaître tous les sans-abri des rues, puisque une partie a décidé, pour des raisons qui leur sont propres, de ne pas adhérer aux mesures de confinement. Mais pour ceux qui sont inscrits dans le programme d’aide, l’arrivée de la covid-19 aura été le déclic.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Une trentaine de membres et quelques surprises pour le...

Plus de trente ministres et ministres délégués, dont huit entrants : le gouvernement du Premier ministre Jean Castex annoncé lundi par l'Élysée, compte son lot de surprises à commencer par Eric Dupond-Moretti à la Justice et Roselyne Bachelot à la Culture.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV