mercredi 22 septembre 2021
A VOIR

|

De la vanille produite… aux Tuamotu

Publié le

De la vanille made in Tuamotu… Depuis 5 ans un agriculteur s’est lancé dans une série de tests à Katiu. Si les premières récoltes n’ont pas encore la saveur des belles gousses noires et brillantes des Iles Sous-le-Vent, elles sont tout de même prometteuses. Pourquoi ne pas envisager d’en produire plus largement, dans cet archipel qui cherche à développer sa ressource agricole ?

Publié le 29/05/2021 à 17:21 - Mise à jour le 29/05/2021 à 18:08
Lecture < 1 min.

De la vanille made in Tuamotu… Depuis 5 ans un agriculteur s’est lancé dans une série de tests à Katiu. Si les premières récoltes n’ont pas encore la saveur des belles gousses noires et brillantes des Iles Sous-le-Vent, elles sont tout de même prometteuses. Pourquoi ne pas envisager d’en produire plus largement, dans cet archipel qui cherche à développer sa ressource agricole ?

Coprah, poisson, perles : ces trésors figurent en abondance dans les Tuamotu. Et si cet archipel pouvait lui aussi produire cet or noir, habituellement localisé aux Iles Sous-le-Vent ? Plusieurs projets pilotes de serres de vanille y ont été lancés comme ici, à Katiu…

5 ans après avoir planté ses lianes dans un sol enrichi de bourre de coco : Roben Taeatua, agriculteur, récolte ses premières gousses… “L’année dernière j’ai commencé à récolter pour 5kg. C’est une graine qui pousse facilement, oui, ça je le confirme. Mais seulement il y a la manière de le faire. Et puis ça donne du travail. C’est une des ressources potentielles si on maîtrise la situation.”

Après les variétés Tahiti et Haapape, cet agriculteur teste la Hauruuru. Cette première récolte n’a pas encore la qualité de la vanille des Raromatai… il va falloir les compétences des techniciens de l’Epic vanille pour comprendre les améliorations à opérer. “J’ai remarqué que j’ai une carence par rapport à ma vanille. Et je fais des recherches moi-même pour savoir si ce sont les bourres de coco, l’air salin, la serre qui n’est pas assez haute, l’ombrière… (…) Il manque quelque chose par rapport aux îles Sous-le-Vent. S’il était possible que des techniciens viennent pour essayer de trouver la carence que moi je rencontre là-dessus… Une fois qu’on trouve le problème, on peut exploiter ça dans toutes les îles des Tuamotu.”

Comme Katiu, les projets pilotes de serres à travers les Tuamotu pourraient s’avérer concluants et constituer, pour les populations de l’archipel, une perspective solide de développement de leur ressource agricole.

Rédigé par

infos coronavirus