lundi 6 avril 2020
A VOIR

|

De la terre sur les atolls des Tuamotu

Publié le

Les atolls des Tuamotu sont connus pour leurs magnifiques plages de sable blanc. Un sable qui couvre toutes les zones habitées. Cependant, sur les 80 atolls que compte cet archipel, une dizaine d'îlots sont en partie couverts de terre. Mais comment cette terre est-elle arrivée là ?

Publié le 28/01/2020 à 10:03 - Mise à jour le 28/01/2020 à 10:03
Lecture < 1 min.

Les atolls des Tuamotu sont connus pour leurs magnifiques plages de sable blanc. Un sable qui couvre toutes les zones habitées. Cependant, sur les 80 atolls que compte cet archipel, une dizaine d'îlots sont en partie couverts de terre. Mais comment cette terre est-elle arrivée là ?

Ces îlots ne semblent pas différents des autres au premier abord, mais de plus près, on y trouve de la terre, et par conséquent, des arbres fruitiers comme des arbres à pains ou des citronniers.

Sur le motu Purahu de Rangiroa, il y a un petit bout de terre. On en recense une dizaine dans tout l’archipel. Selon les habitants, jusque dans les années 60, les anciens ramenaient de la terre de Tahiti en goélette, après avoir livrés leurs poissons.

« Voici la terre des Tuamotu qui permet aux arbres fruitiers de pousser sur mon atoll. Il y a des uru, des goyaviers, des citronniers… Les doyens nous disent que ce sont nos ancêtres qui ont commencé à amener de la terre de Tahiti. Il y a des murets en corail qui déterminent la zone où la terre a été déposée » déclare Louis Harris, habitant de Rangiroa.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Au secteur à Ahe, on trouve aussi de la terre sur 300 mètres environ. Là-bas, en revanche, les habitants expliquent que l’homme n’y est pour rien. « On entend plein d’oiseaux dans la forêt. La terre est bonne, on peut planter n’importe quoi ici » nous dit Eric, habitant de Ahe.

Les habitants utilisent encore aujourd’hui cet engrais, cette terre fertile, pour leur potager. Une richesse que Mère Nature a mis des milliers d’années à créer. Espérons simplement que l’homme ne l’épuisera pas en seulement quelques décennies…

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Coronavirus : Facebook va partager de nouvelles données avec...

Facebook a annoncé lundi la publication de données agrégées inédites issues de sa base d'utilisateurs afin d'aider les chercheurs à mieux comprendre et à lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19.

Le tourisme entraîne l’économie bleue dans sa chute

L’onde de choc du coronavirus touche de plein fouet l’économie maritime, intimement lié au tourisme. Pêche, transport, maintenance navale, perliculture, aquaculture : les prévisions dans tous les secteurs sont de très mauvais augure, avec une chute de l’activité de 50% à 100% pour le mois d’avril. Du jamais vu selon le cluster maritime de Polynésie française, inquiet pour les filières non prioritaires.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

Flash Info COVID-19 #46 – lundi 6 avril 12hVOIR LE LIVE
+